Le quotidien arabophone Al Akkar indique que des sources proches de lui ont fait part de la fin imminente des négociations pour la formation d’un prochain gouvernement. Ainsi la médiation entreprise par le général Abbas Ibrahim a permis la reprise des contacts directs entre la présidence de la république et premier ministre désigné Najib Mikati. Cependant, le Président de la Chambre serait à l’origine de l’apparition de nouveaux obstacles pour aboutir à un résultat final.

Nabih Berri aurait ainsi exigé de Najib Mikati de rester ferme concernant l’agenda du prochain gouvernement et les négociations à mener avec le Fonds Monétaire International, demandant à écarter le candidat de la Présidence de la République du ministère de l’économie, celui-ci devant y participer aux côtés du prochain ministre des finances nommé déjà par lui.

Autre point d’achoppement, la présidence de la république ne fait pas mystère de vouloir obtenir le remplacement du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé ainsi qu’un certain nombre de fonctionnaires dont les décisions seraient à l’origine des blocages actuels.

Le président de la chambre aurait exigé une place au sein de la prochaine équipe pour le mouvement Marada dont il pourrait utiliser le dirigeant Slemain Franjieh dans la prochaine course à la présidentielle.

S’il souhaite la poursuite des négociations entre la présidence de la République et le premier ministre désigné, Nabih Berri est allé jusqu’à conditionner son soutien au premier ministre désigné Najib Mikati jusqu’à évoquer un possible retrait de son mouvement Amal.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն