Le quotidien Al Anbaa indique qu’aucun progrès n’a été constaté sur les différents dossiers économiques.

Ainsi, les négociations avec le Fonds Monétaire International seraient dans l’impasse en raison de ‘incapacité du Liban à parvenir à un accord économique et financier clair et explicite plan qui explique comment calculer et répartir les pertes sans que les déposants en supportent la plus grande proportion.

Autre difficulté dans les négociations, les autorités politiques semblent inaccapables à accepter les sacrifices nécessaires pour l’obtention d’un accord, ce qui nuit à la sécurisation des finances de l’état et “donc l’incapacité à stabiliser le taux de change du dollar”, sans aucun progrès dans de nombreux secteurs dont ceux de l’énergie et de l’électricité.

Aussi, les accords conclus avec l’Egypte et la Jordanie en vue de fournir respectivement du gaz et de l’électricité n’ont toujours pas été mis en oeuvre en raison de 2 obstacles majeurs, celui du financement et de l’obtention d’une exception des sanctions prévues par les USA dans le cadre de la législation liée au CAESAR Act, sauf surprise de dernière minute, avec un accord les institutions financières internationales, accord indirectement lié aux élections législatives et au changement de pouvoir au Liban.

Une seule autre possibilité reste pour obtenir les fonds nécessaires, l’obtention des fonds de la Banque du Liban, ce qu’elle refuse de faire, conclut le quotidien.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.