brown rock formation on the sea
Photo by Jo Kassis on Pexels.com

Le quotidien libanais Al Anbaa annonce que les ambassadeurs de l’Arabie saoudite et du Koweït pourraient prochainement retourner au Liban, inaugurant un processus de rétablissement des relations diplomatiques avec le pays des cèdres.

Ce retour pourrait augurer d’un rétablissement aussi des relations commerciales avec les pays du Golfe.

Cette information du quotidien arabophone intervient alors que le premier ministre libanais Najib Mikati et le ministre de l’intérieur, Bassam Mawlawi, ont multiplié les tentatives de réconciliation avec les pays du golfe. Le premier ministre avait appelé, ce lundi, fin à”toutes les activités politiques, militaires, de sécurité et médiatiques basées au Liban qui nuisent à la souveraineté, à la sécurité et à la stabilité de l’Arabie saoudite et des pays du Conseil de coopération du Golfe”. Najib Mikati a aussi réitéré son engagement à respecter les propositions koweitiennes.

Quant au ministre de l’intérieur, il a multiplié les opérations visant à intercepter les cargaisons de drogue vers les pays du golfe

Ce mardi, l’Arabie saoudite a salué ce mardi par une déclaration les efforts libanais visant à rétablir ses liens avec le royaume et les autres pays du Golfe.

“Le royaume espère la paix et la sécurité au Liban et souhaite la stabilité, la sécurité, le développement et la prospérité pour le peuple frère libanais”, notait ce communiqué, estimant que cela pourrait contribuer à “rétablir le rôle et la position du Liban sur les arènes arabe et internationale”.

Cette information fait suite alors que les relations entre le Liban et les pays du golfe s’étaient sont fortement dégradées ces dernier mois, ces derniers accusant le Hezbollah de s’impliquer aux côtés des rebelles houthis et de l’Iran dans le conflit au Yémen. Ces rebelles ont réussi à plusieurs reprises à tirer même sur le territoire saoudien. Les forces des pays membres de la coalition menée par l’Arabie saoudite, avec le prince héritier Mohammed Ben Salmane qui en fait une affaire personnelle, sont en effet désormais enlisés dans le conflit au Yémen. Suite à cet enlisement, les forces alliées au Yémen comme le Hezbollah sont désormais rendues coupables, aux yeux des dirigeants saoudiens de ce fiasco militaire. Cette situation s’est encore dégradée avec la découverte de plusieurs cargaisons de drogue comme le captagon à destination du royaume saoudien à l’intérieur de marchandises dont l’origine probable, selon Riyad, serait le Liban.

Depuis, l’Arabie saoudite avait réussi à convaincre ses alliés dont le Koweit ou les Emirats Arabes Unis et Bahrein de rappeler leurs ambassadeurs au Liban et d’expulser les ambassadeurs libanais présents chez eux suite à la publication des propos de l’ancien ministre de l’information Georges Cordahi avant la constitution du gouvernement Mikati III. Celui-ci estimait alors que le conflit mené par l’Arabie saoudite constituait une agression contre le Yémen. Ce dernier sera poussé à la démission en contrepartie d’une garantie de rétablissement des relations, garantie pour l’heure, restée main morte jusqu’à peut-être le retour des diplomates.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.