5 minutes à lire

Voici la sixième partie de la recherche en cours sur l’Enquête sur les effets de la récente dépression économique sur le licenciement en masse des employés des industries touchées par la crise financière du Liban de 2019: Un aperçu sur leur impact sur les décisions administratives affectant la motivation de la masse salariale. Lire sa cinquième partie ici.

Selon la figure 1, la plupart des réponses sont en accord avec la question qui stipule que « ce sont bien les crises financières de 2019 au Liban qui ont été majoritairement mis en cause pour les licenciements massifs« observés sur plusieurs secteurs, autant dans le privé que dans le public, selon certains experts qui ont démontré ce lien. La crise de la maladie du Covid 19 a bien sûr augmenté ce nombre, globalement (voir cet article). Donc, en effet, « avec la terrible situation économique au Liban maintenant, des licenciements massifs ont bien été attestés dans plusieurs secteurs » une majorité écrasante de réponses validant cette cause ont été enregistrés.  (voir: http://blog.blominvet.com).

Figure 1: Résultats de la première question du sondage.

Selon la figure 2, la majorité des réponses collectées pour la seconde question indique pas d’opinion pour la question traitant sur « si vous votre compagnie a des mesures contre le licencient d’employés en masse ». Les avis non-favorables prennent le dessus, suivi des avis favorables ceci dit. Par conséquent, la clause « Votre entreprise dispose de mesures préventives contre le licenciement massif de la masse salariale » n’a pas été validée ou réfutée, comme un peu plus de la moitié des réponses collectées n’ont émis aucun avis sur la question. Cela veut dire que la plupart des gens soit ne savent pas si leur compagnie a des mesures préventives contre le licenciement en masse de la masse salariale, ou n’en ont pas. (voir: http://blog.blominvet.com). Cela y est indiqué sur la Figure 2

Figure 2: Résultats de la deuxième question du sondage.

La figure 3 indique une tendance non-favorable à la question « Votre compagnie adopte des mesures pour contrôler les licenciements massifs et aide pour booster la motivation de sa force ouvrière ». Ensuite viennent les amis non-favorables, et en dernière position les avis favorables. Nous ne présenterons pas les résultats de la quatrième question. En revanche, il est clair que les avis non-favorables et les réponses sans opinion à la question suivante « une fois que vos collègues sont démotivés des conditions actuelles du travail, imposé par la crise au Liban depuis l’été 2019, les taux de démission ont augmenté en conséquence. Votre entreprise a des mesures concrètes en place pour empêcher ce cette attrition massive » sont largement majoritaires, et à eux deux prennent 90% des réponses collectées, soit presque à contribution égale. (voir: http://blog.blominvet.com).

Seuls un faible pourcentage de réponses collectées sont d’accords. Car, les mauvaises conditions mentionnées dans la question 4 du sondage, étant énumérées sont : les terribles salaires (qui ont diminué de 60% voire plus, entre le taux de parité de la livre libanaise face au dollar), des conditions atroces de travail, comme ave des retards de paiement (ou voire pas de versement salarial du tout), et parfois même une diminution de salaire, plus d’heures non rémunérées, et ainsi de suite. Il est clair désormais que la classe bourgeoise a disparu au Liban et 22% de la population libanaise vit en pauvreté extrême. (voir: https://libnanews.com/22-des-libanais-en-etat-de-pauvrete-absolue-et-45-vivant-sous-le-seuil-de-pauvrete/).

Figure 3: Résultats de la troisième question du sondage. 

Figure 4: Résultats de la cinquième question du sondage.

Selon la figure 4, la majorité de réponses collectées pour la question 5 du sondage et non favorable. Suivi, des “sans avis”, et en dernière positon, les avis favorables. Ceci dit, la question « Supposons que l’entreprise dispose d’un réseau pour empêcher le licenciement massif de la force ouvrière, pensez vous que votre entreprise “a ou met” en œuvre ‘une politique de régularisation de changement de la masse salariale’ efficace » s’est avéré majoritairement inexacte. Donc, le Liban est encore en retard sur les politiques de GRH. (voir: http://blog.blominvet.com).

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français