2 minutes à lire

Savent-ils ces incultes que Minet el Delieh était un des premiers sites préhistoriques au monde ? Que la plage de Ramlet el Baida est un des derniers sanctuaires de tortues caouannes et de phoques moines de la région ? Que derrière chaque maison qu’on abat tombe tout un pan d’histoire, meurt une famille ? Que Fakhreddine avait planté les premiers arbres du bois des pins pour permettre à la ville de respirer ? Que le port phénicien découvert à Wadi Abou Jmil aurait pu attirer des milliers de touristes ? Que les sous-sols de Beyrouth méritent à eux seuls de classer la ville patrimoine mondial de l’humanité ? Savent-ils lire à part les chiffres sur les gros billets ?

Beyrouth est à moi. J’y suis née et j’y mourrais. Je retournerai à sa terre. Elle est à mes enfants et à leurs enfants. Je la vis et la respire, la subis et l’accompagne. Beyrouth est ma ville et elle est ma maison. Elle est ma compagne et elle est mon amante. Elle est ma peine et elle est ma joie. Elle est ma tourmente et elle est ma complice. Elle est mon premier amour et elle est ma première découverte. Elle est ma blessure et elle est ma cicatrice. Elle est ma guerrière et elle est mon infirmière. Elle est ma source et elle est ma tornade. Elle est mon inspiration et elle est ma résolution. Elle est mon amie et elle est ma garce. Elle est mon enfant et elle est ma nourricière. Elle est mon bleu et elle est mon gris. Elle est mon soleil et elle est mes nuits. Elle est mon Beyrouth by Day et elle est mes mots. Elle est ma respiration et elle est mon souffle court. Elle est mon puits et elle est ma barricade. Elle est mon aller et elle est mon retour. Elle est mon départ et elle est mon arrivée. Elle est mon voyage et elle est mon port. Elle est ma bataille et elle est à moi.

A moi et à toi. Toi qui a Beyrouth tatouée sur toutes tes cellules. Et pour cela Beyrouth, parce que tu nous as tant donné, on ne doit plus les laisser te violer…

Tania Hadjithomas Mehanna

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.