Moins d'une minute de lecture

La Banque Jordanienne Capital Bank a fait connaitre son intérêt pour le rachat des filiales jordaniennes et irakienne de la Banque Audi. Elle aurait ainsi fait parvenir une lettre d’intention en vue d’acquérir ces établissements et aurait même obtenu l’accord préliminaire des autorités monétaires locales.

Pour rappel, la Banque Audi Jordanie compte 15 succursales. Par ailleurs, de nombreux établissements bancaires libanais ont déjà fait savoir qu’ils quitteront le marché irakien après que la Banque Centrale locale ait décidé d’appeler à une augmentation des fonds propres de ces établissements.

L’offre d’achat de ces activités s’achèvera fin octobre, précise son PDG, Bassem Al Salem.

Cette information intervient alors que la First Abu Dhabi Bank a également fait connaitre son intention de redémarrer les négociations entreprises avec la Banque Audi en mai dernier en vue de racheter la filiale égyptienne de la banque libanaise, tout comme Emirates NBD qui compterait acquérir la filiale également égyptienne de la BLOM Bank.

Confrontées à une importante crise de liquidité, les banques libanaises sont, par ailleurs, dans l’obligation légale, d’augmenter leurs fonds propres à 20% des actifs, cela afin d’approvisionner les pertes liées d’une part au défaut de paiement sur les eurobonds et d’un possible état de défaut de paiement sur les obligations libellées en livre libanaise.

Par ailleurs, les banques locales sont confrontées à d’importantes pertes financières qui pourraient atteindre 63 milliards de dollars au taux de change de 4000 LL/USD, alors que le taux de parité au marché noir atteint même les 7500 LL/USD, cela pour seulement 143 milliards de dollars de dépôts.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français