DAVOS/SWITZERLAND, 25JAN13 - Carlos Ghosn (L),Chairman and Chief Executive Officer, Renault-Nissan Alliance, France; World Economic Forum Foundation Board Member speaks during the session 'Emerging Economies at a Crossroads' at the Annual Meeting 2013 of the World Economic Forum in Davos, Switzerland, January 25, 2013. Copyright by World Economic Forum swiss-image.ch/Photo Remy Steinegger
Moins d'une minute de lecture

Au lendemain de sa conférence de presse, Carlos Ghosn a été interrogé par le Procureur de la République, le juge Ghassan Owaidat, suite à la publication d’une fiche rouge – un mandat d’arrêt international d’Interpol – sur demande de la justice japonaise.

Lire également

Hier, l’homme d’affaire avait accusé la justice japonaise de collusion avec Nissan dans le cadre des accusations dont il fait l’objet et qu’il a également réfuté.

“La Vérité est sans objet face à ses individus”, déclare Carlos Ghosn, qui indique que le taux d’inculpation atteint 99.4% au Japon. Il avait accusé des cadres de Nissan et des autorités japonaises de complot contre lui, afin de dissoudre l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi qu’il entendait alors au contraire renforcer.

“Les charges contre moi sont infondées”, estime l’Homme d’affaire qui indique que la justice japonaise aurait divulgué de fausses informations à la presse et refusé de tenir les dates du procès. Ils ont tenté pendant 18 mois de rompre ses esprits, indique Carlos Ghosn.

Au sujet des fonds qu’il est accusé d’avoir détourné, Carlos Ghosn rappelle ne plus être aux commandes de Nissan depuis 2017.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.