Moins d'une minute de lecture

Réfugié au Liban, Carlos Ghosn s’exprime dans une interview au cours d’un reportage intitulé « Fugitif à Vie »qui lui a été consacré dans l’émission 7 à 8

L’homme d’affaires a évoqué le dossier en cours concernant l’affaire Nissan. Il a ainsi rendu hommage au président de la république, le général Michel Aoun, décrit comme l’un des seuls hommes politiques au Monde à avoir conseillé et soutenu son épouse dans l’affaire qui la mettait également face aux pressions de la justice japonaise qui essayaient de le faire rompre ainsi. Il risquait de se trouver interdit de voir son épouse pendant 5 ans, souligne-t-il.

Carlos Ghosn a déclaré soutenir les personnes accusées dans le cadre de cette affaire mais également les ressortissants américains qui seraient impliqués dans son évasion.

Le pire pour moi aurait été de mourir au Japon

Carlos Ghosn estime ainsi qu’il s’agissait pour la justice japonaise de le faire payer pour la puissance qu’il aurait eue à la tête de Nissan. Concernant l’aspect social et festif, « mon mode de vie n’a pas changé, je ne suis ni mondain, ni social« , se défend l’homme d’affaire.

Carlos Ghosn reconnait le nouveau statut de star qui lui est attribué, notamment par son interviewer, mais refute le fait que ceci l’ait grisé.

L’interdiction par les autorités japonaises de voir son épouse l’a poussé à l’évasion.

Par ailleurs, Carlos Ghosn s’est déclaré prêt à répondre à la justice française. Un déplacement des juges serait ainsi prévu en 2021.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.