Pour la première fois depuis la création du concours « Ma thèse en 180 secondes » (MT180) en 2012, la finale internationale sera organisée en Afrique subsaharienne, à Dakar, par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation du Sénégal et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). 

Dix-huit (18) doctorant(e)s francophones du monde entier, et de différentes disciplines, s’affronteront sur la scène du Grand Théâtre National de Dakar le jeudi 26 septembre 2019 à partir de 18h

Les candidat(e)s disposeront chacun(e) de 180 secondes et d’une seule diapositive pour présenter leurs travaux de recherche de doctorat de façon claire, ludique et convaincante. Un seul objectif : permettre à chacun de comprendre le sujet de leur recherche en 3 minutes.

L’AUF est partenaire du concours MT180 pour la 5èmeannée consécutive. Sur les dix-huit (18) finales nationales organisées à travers le monde, l’AUF en a co-organisé treize (13) au Bénin, en Bulgarie, au Burkina Faso, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en Égypte, au Gabon, au Liban, à Madagascar, en République Démocratique du Congo, en Roumanie, au Sénégal et en Tunisie.

  • La finale sera retransmise en direct par la RTS et sur le site du concours : https://mt180sn.org
  • Vous pouvez également la suivre sur Twitter : #MT180
Les 18 doctorants finalistes AFRIQUE 
Bénin : Tétédé Adékèmi Jeanne AGNILA, Université d’Abomey-Calavi : « Démocratie et médias de service public en Afrique occidentale francophone : approche comparative Bénin, Burkina-Faso, Togo »
Cameroun : Clément Parfait NDENGUE, Université de Douala : « Expérimentation de la technique des puces à tissu « tissu MicroArray » TMA : Application à la classification moléculaire des cancers invasifs au sein du Cameroun »
Burkina Faso : Vincent ZOMA, Université Ouaga 1 Professeur Joseph Ki-Zerbo : « Transport et intégration régionale dans l’espace UEMOA : le transit routier de marchandises du Mali et du Niger via le Burkina Faso »
Côte d’Ivoire : Amoin Gervaise KOUAME, Université Nangui Abrogoua, Abidjan : « Plantes à potentiel phyto-estrogénique : une solution contre les symptômes de la ménopause »
Gabon : Bédrich PONGUI NGONDZA, École doctorale régionale (EDR) d’Afrique centrale en Infectiologie tropicale de Franceville : « Paludisme, schistisimose et filarioses négligées (Loaose et Mansonellose) chez les personnes infectées par le VIH vivant au Gabon : impact sur la santé globale »
République démocratique duCongo : Isaac Mutshitshi KASONGO, Université de Lubumbashi : « Essai sur la qualité des eaux de puits consommées à Lubumbashi »
Sénégal : Catherine Penda MBAYE,  Université Alioune Diop de Bambey : « Analyse des processus de pilotage dans les organisations culturelles sur le prisme de l’approche qualité : modélisation d’un schéma organisationnel soutenable » 

AMÉRIQUES 
Canada-QuébecElodie NGUENA, Université de Sherbrooke : « Fragilisation par gallium liquide des brasures à base d’étain pour la reprise de puces microélectroniques à interconnexions à pas fins » 

EUROPE 
Belgique : Natacha DELREZ, Université de Liège : « Il était une fois l’anguille, le virus et la luciole »
France : Tom MEBARKI, Université Aix-Marseille Provence Méditerranée : « La « folie organisée » dans l’opera buffa rossinien. Vers une transhistoire du son »
Suisse : Isabella STOIAN, Université de Fribourg : « Alcuin, Ars grammatica. Traduction et étude philologique » 

EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE  
Bulgarie : Sirine JABER, Université de Technologie chimique et de Métallurgie de Sofia : « Recherche et synthèse de nouveaux peptides bioactifs »
Roumanie : Larisa Maria NECHITA, Université « Lucian Blaga » de Sibiu : « Transferts culturels, Qualité du discours et Gestion des erreurs dans l’Interprétation de Conférence »                                                       

MAGHREB          
Maroc : Annan AZZEDDINE, Université Mohammed V de Rabat : « Cartographie nationale de la résistance primaire du VIH aux antirétroviraux »
Tunisie : Amal MANAI, Université de Carthage : « Les Champignons et leurs effets sur la nutrition animale et la qualité de la production » 

MOYEN-ORIENT 
Égypte : Dina EL KORDY, Université Ain Shams, Alexandrie : « Comparaison entre les interprétations de Si Hamza BOUBAKEUR, Jean GROJEAN et André CHOURAQUI pour la sourate les Femmes. Étude des problèmes d’interprétation »
Liban : Hiba Douja CHEHADE, Université Saint-Joseph, Beyrouth : « Effets de la stimulation de l’insula sur l’activité du thalamus nociceptif » 

OCÉAN INDIEN 
Madagascar : Tianarilalaina Tantely ANDRIAMAMPIANINA , Université de Mahajanga : « Cladogelonium madagascariense : anti-inflammatoire » 

À propos du concours MT180

Inspiré du concours « Three minutes thesis » qui a été organisé en Australie pour la première fois en 2008, la version francophone de MT180 a été créée par l’Association francophone pour le savoir (Acfas) en 2012. Le concours est aujourd’hui organisé par un comité́ international constitué de l’Acfas au Québec, du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et de la Conférence des Présidents d’Université́ (CPU) en France, du Centre National pour la Recherche Scientifique au Maroc, de l’Université́ de Liège en Belgique, de la Conférence universitaire de Suisse occidentale (CUSO) et de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF).

À propos du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation du Sénégal

Le Sénégal aspire à devenir un pays « émergent en 2035 avec une société solidaire dans un État de droit ».  Cette vision déclinée dans le Plan Sénégal émergent (PSE), cadre unique de référence en matière de planification pour le Sénégal, traduit la volonté de Son excellence le Président de la République, Monsieur Macky Sall à mettre en œuvre des politiques qui placent le pays sur le sentier de la croissance inclusive et soutenable, créateur d’emplois et facteur d’amélioration des prestations de services.

Dans cette perspective, le MESRI prépare et met en œuvre la politique définie par le Chef de l’Etat dans les domaines de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation. A ce titre, il veille, entre autres missions, au développement de la Recherche, de l’Innovation et à la vulgarisation de la culture scientifique, à travers la mise en œuvre et l’appui de diverses activités, dont « MT 180 », qui constitue une belle et pertinente initiative de promotion de la culture scientifique chez nos jeunes chercheur(e)s. 

À propos de l’AUF 

Créée il y a près de 60 ans, l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) est l’une des plus importantes associations internationales d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche avec 944 membres dans 116 pays. Elle est également l’opérateur de la Francophonie pour l’enseignement supérieur et la recherche. L’AUF agit pour une francophonie universitaire solidaire engagée dans le développement économique, social et culturel des sociétés. Elle accompagne ses établissements membres pour relever trois grands défis : la qualité de la formation, de la recherche et de la gouvernance universitaire ; l’insertion professionnelle et l’employabilité des diplômés ; l’implication dans le développement global des sociétés. www.auf.org

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.