Les gens ont compris depuis belle lurette qu’avec les mêmes personnalités on fait les mêmes gesticulations.
Pour réserver ou préserver des places et des privilèges au gouvernement, les politiques diverses conduisent leurs politiciens. Ils participent aux bousculades ministérielles pour la conquête des ministères et des perspectives et ajustent ensuite les longueurs pour que l’implosion initie le résultat final.

La priorité d’agir pour assurer la qualité des postes dans les brefs délais, demeure un vocabulaire d’ordre intentionnel et négligeable pour tant de ces messieurs. Cependant, ils sont rigoureusement fidèles à ne pas défendre d’abord les meilleures compétences qui conviennent à la fonction, à la constitution et aux besoins des gens.

Il est bien évident que le changement de temps doit s’accompagner d’étapes.
La plus importante demeure la conversion progressive et définitive des mentalités opportunistes vers un seul privilège. Celui de servir par tous les moyens légitimes la nation.

Une nouvelle page blanche de travail national honnête ne peut s’accorder aux semblants faire, aux appropriations multiples et aux manigances d’hommes d’affaires. Elle requiert des hommes et des femmes qui s’angoissent et s’acharnent pour entamer et accomplir un travail efficace dans le meilleur rapport projet / temps. Le plus pressé exige que les responsables répondent certes aux urgences socio-économiques des libanais, mais avec l’expérience des hauts qualificatifs professionnels, des coordinations étroites entre les ministères et des applications continues!

Les tendances politiques diverses se doivent de faire transparaître la crédibilité nationale par des comportements qui démontrent sans équivoques la gérance et les résultats effectifs de tout accord.

On veut convaincre le libanais que les tractations actuelles nécessitent du temps et des positionnements communautaires et religieux.
Cependant, la politique du changement requiert une autre allure. Elle se compose d’une volonté ferme pour le renversement des mauvaises habitudes, du rétablissement des prédispositions strictement utiles et de la formation adaptée au pragmatisme tout terrain que peu de politiciens possèdent.

On ne peut croire que les choses vont bouger en avant comme ça, avec un rituel de concertations figé aux prérogatives des uns dans un gouvernement de transition!
Des personnalités revendiquent leurs héritages, s’accrochent à leurs privilèges et se battent déjà pour des réassurances ministérielles au détriment d’une loi électorale nouvelle, juste et équitable. Cependant et insensiblement, ce monde agité se réfugie dans des politiques révolues!

Joe Acoury.