Pour voter aux élections législatives 2018, les membres de la diaspora libanaise doivent s’inscrire sur les listes électorales avant le 20 novembre 2017.

L’inscription sur les listes électorales est possible via 3 options:

  • Option n°1: Se présenter personnellement au Consulat du Liban à Paris ou à Marseille  pour les personnes résidentes en France (selon votre lieu de résidence) ou à votre Consulat du Pays d’accueil.
  • Option n°2 : S’inscrire en ligne sur le site du Ministère des Affaires Etrangères https://diasporavote.mfa.gov.lb.
  • Option n°3: S’inscrire en ligne via l’application MOFA ONLINE disponible sur iTunes et Android.

A la suite de cet inscription un SMS ou un email sera alors adressé aux coordonnées fournies pour pouvoir être confirmé. A la suite de cette confirmation, d’autres documents seront alors disponibles afin de être remplis et finaliser l’inscription.

Après réception des documents par le Ministère des Affaires Etrangères, il sera adressé à la personne intéressée un code barre et un numéro de dossier, permettant le vote.

Un scrutin attendu depuis 8 ans

Les élections législatives sont prévues en Mai 2018 selon la loi électorale ratifiée le 16 juin 2017 par le Parlement libanais. Il s’agira des premières élections législatives depuis 8 ans, suite au report du scrutin depuis 2013.

Le vote des Libanais de l’Etranger, une première

Ce scrutin prévoit, outre le vote des ressortissants libanais de l’étranger, une dose de proportionnelle permettant à de nouvelles figures de peut-être pouvoir l’emporter. Selon le Ministre des Affaires Etrangères, Gébran Bassil, jusqu’à 20 députés pourraient être élus par le vote de la diaspora qui pourrait faire pencher la balance. Le mode de scrutin demeure cependant complexe, le vote des libanais de la diaspora étant reporté sur la région dont ils sont originaires, rendant de nombreuses surprises possibles.

La diaspora libanaise compte entre 4 millions et 14 millions de personnes dont de nombreux membres ont perdu la nationalité du Pays des Cèdres et notamment ceux dont la famille a quitté le Liban avant 1932, date du dernier recensement. Un projet de loi est actuellement en discussion au Parlement afin de rendre à ces derniers la nationalité libanaise.