35% des stations essence rationneraient l’essence fournie aux automobilistes, apprend-on ce lundi, en dépit des promesses faites la semaine dernière. En cause, toujours les retards pris par la Banque du Liban à accorder les lignes de crédit nécessaires au déchargement des carburants des tankers pourtant présents le long des côtes libanaises.

La crise aurait également été exacerbée par la panique de la population à s’approvisionner le plus possibles, estime le représentant du syndicat des pompistes Georges Brax.

Pour sa part, la Banque du Liban appelle les compagnies importatrices à lui transmettre le plus rapidement possible les documents nécessaires pour leurs accorder les lignes de crédit, comme la semaine dernière, les rendant ainsi indirectement responsables de la crise.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.