Moins d'une minute de lecture

Les premières victimes de l’explosion qui a secoué le Liban, le 4 août 2020, ont commencé par être enterrées alors qu’un bilan toujours provisoire évoque les chiffres de 137 décès, plus de 100 personnes qui demeurent toujours disparues et de 5000 personnes blessées.

 Sahar George Fares, martyr du Liban

Ainsi, Beyrouth, la capitale, n’est pas seule à porter les couleurs du deuil. Ce deuil s’étend au-delà, jusque dans le nord du Liban, dans la Békaa ou encore dans le sud du Liban.

Dans la Békaa, la localité d’Aana rend hommage à George Kiwan, tué alors qu’il était dans l’exercice de ses fonctions, tout comme Sahar George Fares membre des services de la défense civile et une des premières présentes sur les lieux de l’incendie avant la funeste explosion comme ses autres camarades, ou encore comme à Marjayoun au Sud du Liban, les forces de sécurité intérieure enterrent un des leurs, Georges Dibs.

Les habitants de la localité de de Qartaba ont également salué la mémoire d’un des leurs, Joseph Tanous Roukoz.

À ces martyrs, s’ajoutent les noms des victimes, plus ou moins connues, mais la souffrance elle-même est profonde, sans commune mesure et les mots manquent pour la décrire.

La rédaction de Libnanews adresse ces plus sincères condoléances aux familles victimes.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français