Une légère bousculade au sein de la Banque Audi – Branche Sofil – s’est déroulée entre Forces de Sécurité Intérieure (FSI), clients et manifestants qui réclament de pouvoir retirer les fonds déposés.

Ainsi, alors que les FSI indiquent défendre une propriété privée, les manifestants soulignent que leurs dépôts constituent également une propriété privée et estiment que les mesures de limitation des retraits constitue également une violation de la loi sur la protection des biens.

Les déposants accusent l’établissement bancaire de refuser de fournir les fonds nécessaires notamment au paiement des loyers et d’avoir fermé les portes suite à ces demandes de retraits.

Pour rappel, les banques libanaises, via une décision de l’Association des Banques du Liban (ABL) ont unilatéralement instauré au début du mois de novembre, un contrôle des capitaux et une limitation des retraits à un maximum de 1 000 USD/Mois y compris aux guichets. Ces limitations impactent durement tant les commerces que les foyers libanais. Ces mesures, également, inquiètent de nombreuses personnes en raison des craintes de voir la livre libanaise être officiellement dévaluée, alors que le taux de change officieux a dépassé 2 000 LL/USD contre 1 511LL/USD au taux de change officiel.

Par ailleurs, les banques libanaises sont accusées d’avoir permis le transfert de jusqu’à 11 milliards de dollars sur base d’information fournie par les autorités suisses alors que ces mesures avaient été instaurées. Ces fonds appartiendraient à des personnalités politiques et à des hommes d’affaires.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.