S’exprimant devant une commission du Congrès Américain, l’ancien Ambassadeur des Etats-Unis au Liban, Jeffrey Feltman, a estimé que les manifestations actuelles pourraient avoir certaines conséquences sur les intérêts américains dans la région, avec notamment l’émergence d’un rôle accru de la Russie, de l’Iran et de la Syrie.

Il faisait ainsi allusion aux manifestations qui se déroulent depuis la nuit du 17 octobre 2019, manifestations qu’il qualifie de plus importantes même que celles de 2005, puisque la communauté chiite participe cette fois-ci. Le mouvement protestataire, qui dénonce une classe politique accusée d’être corrompue et responsable de la faillite financière du Liban, dépasse donc les frontières sectaires habituelles « qui avaient emprisonné » le Liban.

Cependant, le diplomate note aussi que les Etats-Unis pourraient y trouver des intérêts notamment dans la lutte contre le Hezbollah. Le parti chiite pourrait ainsi voir son rôle être affaibli.

Je remercie le Sous-comité de m’avoir invité à partager mon analyse sur la situation au Liban, en particulier en ce qui concerne les intérêts des États-Unis.

Je dois commencer par noter que je ne représente que moi-même devant vous aujourd’hui; la Brookings Institution ne prend pas de position institutionnelle sur les positions de principe. Je voudrais également souligner d’emblée que les manifestations en cours au Liban ne concernent pas les États-Unis et que nous devrions éviter toute ingérence des États-Unis.
Mais les résultats des manifestations pourraient affecter les intérêts américains de manière positive ou négative. C’est la raison pour laquelle je salue l’attention du Congrès sur le Liban à un moment qui pourrait être un tournant dans l’histoire du pays.

Le Liban compte pour les États-Unis

Il existe deux perceptions communes du Liban aux États-Unis. L’un d’eux est romantique: il s’agit d’une démocratie multiconfessionnelle relativement ouverte et d’une société dynamique offrant une culture, une cuisine, une histoire et une hospitalité incroyables. Selon un autre point de vue, le Liban, avec une guerre civile sanglante et où des marines et des diplomates américains ont été massacrés, est un avant-poste dangereux de l’Iran menaçant les intérêts des États-Unis dans la région et au-delà.

Avec un peu de vérité dans chaque description, je voudrais commencer par passer en revue la manière dont le Liban, un pays minuscule, affecte les intérêts américains de manière considérable. Le plus évident est la projection par l’Iran de son rôle régional pervers dans le cadre d’une de ses plus grandes réussites, l’organisation terroriste Hezbollah avec ses capacités avancées pour menacer Israël et d’autres alliés des États-Unis. En outre, le risque que des groupes extrémistes sunnites et Al-Qaida ou ISIS établissent des places fortes au Liban a largement diminué, grâce aux efforts impressionnants et soutenus des forces armées libanaises. Mais, comme en Irak, ces gains peuvent rapidement s’éroder, avec des implications internationales, sans surveillance continue.

L’histoire du Hezbollah et des groupes terroristes sunnites montre clairement pourquoi la stabilité générale du Liban est dans notre intérêt: l’Iran a exploité la guerre civile libanaise, le conflit interne en Irak après 2003 et les guerres civiles plus récentes en Syrie et au Yémen qui sont difficiles à éradiquer. En d’autres termes, les guerres civiles deviennent des vecteurs de l’influence de l’Iran. Le chaos est également un terreau fertile pour les terroristes du type Al-Qaida, comme en Syrie, en Iraq, au Yémen et en Somalie.

La Russie envisage également le Liban comme un lieu pour poursuivre son expansion agressive de son rôle régional et méditerranéen. La Russie est bien implantée en Syrie et des mercenaires russes permettent l’assaut général de Haftar à Tripoli en Libye et donne à Moscou un droit de regard sur le sud de la Méditerranée. Les trois ports libanais et les réserves d’hydrocarbures en mer, s’ils sont exploités par la Russie, ajouteraient au sentiment que la Russie gagne à l’est et au sud de la Méditerranée, à nos dépens. Avec plus de 400 ressortissants chinois participant à la FINUL dans le sud du Liban, la Chine pourrait également voir un potentiel dans les ports et l’emplacement du Liban – et les Libanais pourraient avoir du mal à résister à la technologie 5G chinoise, compte tenu du mauvais état des réseaux de télécommunications libanais.

Plus proche du Liban, Bashar al-Assad, qui pour un dictateur supposé fort, dépend honteusement de la Russie, du Hezbollah et de l’Iran, pour réaffirmer son contrôle sur la plus grande partie de la Syrie, aimerait sans aucun doute se positionner à nouveau en tant qu’intermédiaire régional l’humiliation, lorsque la combinaison des manifestations libanaises et de la pression internationale dirigée par le président George W. Bush l’a contraint à mettre fin brusquement à l’occupation militaire oppressive de longue date du Liban par la Syrie. La Russie, qui n’a jamais été satisfaite de l’attention accordée par le Président Bush à la liberté du Liban, pourrait être heureuse de faciliter le rétablissement de l’hégémonie syrienne sur son petit voisin, en particulier comme moyen de couverture des objectifs de la Russie au Liban.

En bref, le Liban est un lieu de compétition stratégique mondiale. D’autres se feront un plaisir de combler le vide si nous cédons du terrain.

Malgré le dysfonctionnement de la démocratie libanaise, nous avons également intérêt à voir réussir un pays méditerranéen doté de libertés civiles relativement fortes, de traditions démocratiques et d’une coexistence multiconfessionnelle. Grâce à leurs liens internationaux étroits, la plupart des Libanais aspirent à être liés politiquement, économiquement et financièrement à l’Occident traditionnel – l’Europe et l’Amérique du Nord – qu’avec l’Iran, la Russie ou la Chine. Il existe une affinité naturelle entre la plupart des Libanais et l’Occident qui peut jouer à notre avantage. Mais en tant que citoyens d’un petit pays vulnérable situé dans une région dangereuse, les Libanais rechercheront également, de manière irrationnelle, des partenaires extérieurs fiables. Aussi frustrant, nécessaire et compliqué que puisse être le Liban, nous devons jouer le jeu à long terme et ne pas permettre à l’Iran, à la Syrie, à la Chine ou à la Russie d’exploiter notre absence.

Les manifestations en cours au Liban coïncident avec les intérêts américains.

Au fil des ans, beaucoup d’entre nous ont été émerveillés par le stratagème théâtral que le Liban a perfectionné: rester politiquement et économiquement à flot, dans des conditions et des lamentations qui laissent présager un effondrement imminent. Les prédictions concernant le sort du Liban se sont souvent avérées, sinon fausses, du moins prématurées. Cette fois, il semble que le rideau puisse tomber sur cet acte défiant la gravité.
Non seulement la gestion de la dette intérieure et extérieure du Liban est-elle de plus en plus compliquée dans une économie sans croissance, mais le public est généralement las et même enragé du scénario sectaire et des excuses que les dirigeants politiques utilisent pour faire avancer leur politique étroite. ou des intérêts financiers aux dépens du pays dans son ensemble.
Le butin du mécénat confessionnel qui lubrifie l’économie libanaise est de plus en plus compris comme un système permettant de maintenir les gens dans des prisons sectaires. Parallèlement, les inégalités des revenus sont à la hausse et la création d’emplois en déclin. En conséquence, tout le système politique libanais est maintenant soumis à un contrôle public hostile et même le Hezbollah est devenu la cible de nombreuses critiques, un sujet que je traiterai plus en détail ci-dessous.

Comme l’indiquent les médias, le caractère multisectoriel des manifestations qui ont éclaté en octobre (lorsque le gouvernement a tenté d’imposer une taxe sur les messages de WhatsApp, la goutte d’eau qui fait déborder le vase) est rafraîchissant et inspirant pour le contexte libanais.
Les sunnites, les chrétiens, les chiites et les druzes sont tous dans les rues et se qualifient comme des Libanais d’abord, plutôt que de se rabattre sur leur identité confessionnelle. L’importance de ces manifestations dépasse celle du mouvement qui a débuté le 14 mars 2005 après le meurtre de Rafiq Hariri, car cette fois-ci, les chiites ont rejoint le mouvement.

En outre, les manifestations de 2005 visaient l’occupation du Liban par la Syrie, qu’une partie importante de la population – à nouveau en grande partie chiite – a jugé moins intolérable que la majeure partie du pays. Aujourd’hui, les manifestants se concentrent sur des problèmes nationaux – emplois, collecte des ordures ménagères, services publics, etc. – qui peuvent unifier plutôt que diviser les Libanais. En d’autres termes, il existe une pression généralisée «ascendante» en faveur du changement au Liban.

Bien que, je l’ai déjà dit, les manifestations ne concernent pas les États-Unis, les manifestations et les réactions des dirigeants et des institutions libanaises à leur égard coïncident heureusement avec les intérêts des États-Unis. Le Hezbollah a longtemps été considéré comme «invincible», «propre» et «anti-établissement» par rapport aux autres partis libanais. Les discours du Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah – les quatre suivants – dans l’espoir de discréditer les manifestations, ont sapé le récit soigneusement entretenu par le Hezbollah plus efficacement que les années consacrées aux États-Unis.

Nasrallah, colportant des théories absurdes d’ingérence étrangère, a appelé à la fin des manifestations; Ils continuent. Il a dit aux manifestants chiites de rentrer chez eux; certains l’ont fait, mais la plupart ne l’ont pas fait. Il a dit que le gouvernement ne devrait pas démissionner; Le Premier Ministre Hariri a justement fait cela. Voilà pour l’invincibilité. L’insistance de Nasrallah sur le maintien du président Michel Aoun et son rejet de la proposition d’élections législatives anticipées ternissent le Hezbollah de manière indélébile avec l’instauration politique et la puanteur de la corruption qui l’entraîne, que les manifestants veulent éliminer. Le Hezbollah ne peut plus prétendre de manière crédible qu’il est «propre», et sa participation au gouvernement maintenant démissionné et méprisé a porté atteinte à sa prétention de fournir des services plus efficacement que d’autres. En termes de perception publique de son rôle politique, le Hezbollah est maintenant relégué au même tas d’ordures que les autres partis libanais discrédités.

De plus, il est peu probable que les citoyens libanais oublient que le Hezbollah et son partenaire, Amal, ont envoyé des malfaiteurs à moto pour frapper les manifestants. Les souvenirs ressuscités par le Hezbollah préféreraient rester enfouis: En mai 2008, le Hezbollah et Amal ont saisi une partie de Beyrouth et des zones environnantes pour bloquer les efforts du gouvernement visant à démanteler la liaison de télécommunication sécurisée parallèle du Hezbollah. Des personnes ont été tués avant que l’armée ne prenne le contrôle. Alors que le Hezbollah ne montrait aucun scrupule à tuer et même à affamer un grand nombre de civils en Syrie, toute tentative de répéter l’offensive de mai 2008 chez lui au Liban ferait complètement disparaître le prétexte de « résistance » du Hezbollah. Pendant des années, les États-Unis ont tenté d’inciter les Libanais à se rendre compte que le Hezbollah et ses roquettes constituaient un danger de guerre avec Israël plutôt que de fournir une protection contre Israël.

La réaction rhétorique et physique du Hezbollah aux manifestations en cours risque de réveiller davantage de Libanais – y compris les chiites, indispensables pour miner la popularité du Hezbollah – devant cette triste réalité.

Les manifestations en cours sapent également de manière constructive le partenariat entre le Hezbollah et le Mouvement du patriotisme libre (FPM), parti chrétien, du président Aoun et de son gendre, le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil. , Etant l’auteur de l’alliance entre le Hezbollah et le FPM dans en 2006, Bassil est l’architecte le plus responsable de la capacité du Hezbollah à prétendre représenter un mouvement national multiconfessionnel et transcender son programme étriqué iranien et sectaire.
L’alliance FPM a accordé une couverture chrétienne au le Hezbollah et est ainsi devenue le principal vecteur d’influence accrue du Hezbollah au sein des institutions gouvernementales: le Hezbollah n’est plus limité par le « quota chiite » dans les rapports sectaires libanais, le Hezbollah pouvant compter sur la part chrétienne du FPM ainsi que. Bassil a longtemps exploité la préoccupation sincère des États-Unis et d’autres pays à propos du statut des chrétiens au Moyen-Orient, justement pour détourner de son contrôle le fait que le Hezbollah soit habilité à lui-même et à ce qu’il soit corrompu.

Bassil est maintenant la personnification de tout ce qui provoque et révolte les manifestants, tandis que les discours de son beau-père président (y compris un discours suggérant que les personnes insatisfaites du statu quo libanais étaient libres d’émigrer) témoignent de ce qui est déconnecté des préoccupations nationale.s . Jusqu’à présent, le Hezbollah s’en tient à son alliance avec le FPM. Mais la valeur de cet actif a considérablement diminué et contribue à la croissante du public à l’égard de l’image de marque du Hezbollah.

En revanche, la réputation des Forces armées libanaises (FAL), qui ont réussi en grande partie à rester en dehors de la politique, s’est en grande partie améliorée. Il ya eu des problèmes et des divergences dans la réaction des FAL aux manifestations – les FAL ont protégé des manifestants à Beyrouth contre le Hezbollah et des voyous d’Amal, tandis que les unités de Nabatieh, dans le sud du pays, détournaient le regard; Les forces de maintien de la paix ont tué un manifestant la semaine dernière. Mais dans l’ensemble, les FAL ont réagi avec professionnalisme et retenue à ce qui, du point de vue de la sécurité et du politique, doit être une situation des plus difficiles: que penseraient nous, Américains, si des protestations persistantes nous empêchaient d’atteindre nos aéroports, nos hôpitaux, nos écoles ou nos emplois? En outre, les forces armées libanaises ont été forcées d’opérer et de prendre des risques sans aucune orientation politique cohérente – ni couverture – des dirigeants civils libanais et des menaces voilées du Hezbollah visant à vider les manifestations. Au cours des derniers jours, à la grande consternation des manifestants, les forces armées libanaises ont décidé d’obliger les écoles, les commerces et les bâtiments publics à ouvrir leurs rues et leurs rues.

Bien que son bilan n’ait pas été parfait, la performance des LAF a généralement été admirable dans ces circonstances. Le contraste avec les voyous du Hezbollah sur les motos ne pourrait pas être plus clair, et le comportement des forces de maintien de la paix se compare favorablement à la réaction des forces de sécurité irakiennes, égyptiennes ou syriennes à l’égard des manifestants. La LAF peut être un exemple de la manière dont le respect du public pour une institution nationale indépendante, capable et crédible peut commencer à réduire la déférence à une institution sectaire. C’est aussi un phénomène qui ne concerne pas nous, mais qui est dans notre intérêt – et qu’il faut nourrir.

Certains à Washington peuvent demander si les forces de maintien de la paix doivent maintenant se préparer à affronter le Hezbollah et à désarmer le Hezbollah par la force. Ce serait une recette pour la guerre civile et, comme indiqué plus haut, l’Iran et ses représentants ainsi que Al-Qaida ont tendance à prospérer dans les situations de guerre civile. Nous devons penser à plus long terme. En général, les officiers des forces armées libanaises, qui protègent leur indépendance, savent à quel point les capacités et le professionnalisme de l’armée se sont améliorés grâce à une formation et à un équipement soutenus des États-Unis, et le public libanais commence à le reconnaître également.

Une opération antiterroriste menée en 2007 par rapport aux efforts de lutte antiterroriste plus récents des LAF témoigne de cette amélioration. En 2007, les FAL ont travaillé de mai à septembre pour liquider le Fatah al Islam, une organisation terroriste sunnite inspirée par Al-Qaida. Au cours de la bataille, 158 soldats et officiers des forces de maintien de la paix ont été tués (avec 222 terroristes du Fatah al-Islam), plus de 50 civils sont décédé. Tout le camp de réfugiés palestiniens de Nahr al-Barad, qui abritait plus de 30 000 personnes, a été détruit.

À présent, les forces armées libanaises mènent des opérations antiterroristes rapides et efficaces, notamment à la frontière libano-syrienne, faisant un minimum de victimes civiles ou militaires. Une opération menée en 2017 pour nettoyer plus de 700 combattants de l’Etat islamique dans l’est du Liban n’a pris que dix jours de combat et sept soldats ont été tués. Les forces armées libanaises ont arrêté plus de 3 000 extrémistes sunnites en 2017 et plusieurs centaines d’autres l’année dernière. Fiers de leur institution et soucieux de l’appui accru du public, les officiers des FAL murmurent déjà le ressentiment contre le renvoi arrogant par le Hezbollah. Ce n’est qu’une question de temps avant que ce ressentiment ne se manifeste.

Même si les accommodements tactiques occasionnels sont peu attrayants, en particulier dans le sud dominé par le Hezbollah, nous devrions reconnaître que la relation entre les FAL et le Hezbollah n’est pas une histoire d’amour éternelle. Les États-Unis ont le mérite d’avoir contribué au professionnalisme et à l’amélioration des capacités des FAL, et donc à leur respect et à leur indépendance accrus. Je regrette que l’aide militaire – j’espère seulement brièvement – et le Financement militaire étranger (FMF) des États-Unis à LAF soient interrompu, tout comme la coopération. Cela donne au Hezbollah, à la Syrie et à l’Iran un sujet de discussion pratique sur le manque de fiabilité de la part des États-Unis.

Une économie libanaise dysfonctionnelle pourrait forcer un changement de direction

Bien que les manifestations se soient concentrées sur les problèmes immédiats d’emploi, de déchets et de services, elles se déroulent dans le contexte d’une crise financière imminente. Avec l’un des ratios dette / PIB parmi les plus élevés au monde – dépassant les 150% – le Liban est depuis longtemps sur le point de connaître un désastre financier. La capacité du système bancaire à mettre en œuvre une ingénierie financière intelligente pour empêcher une chute rapide de la falaise semble avoir fait son temps. Avec le resserrement des restrictions de visas pour l’Europe et les États-Unis et la diminution des possibilités d’emploi dans les États du Golfe, le débouché traditionnel des jeunes Libanais – les emplois (et éventuellement l’émigration) à l’étranger – a perdu son pouvoir de produire de manière fiable de grandes quantités de fonds étrangers. les envois de fonds dans l’économie libanaise.

Mais le vrai problème est la stagnation économique persistante. La dette peut être gérée dans un environnement de croissance économique. Le PIB du Liban, même avant les manifestations actuelles, ne devrait augmenter que de 0,02% cette année en termes réels. La privatisation des actifs de l’État – télécommunications, électricité – pourrait générer des revenus si l’on pouvait faire confiance aux programmes de privatisation et améliorer les services à long terme. Et une gouvernance crédible et transparente, où le bien public plutôt que l’intérêt personnel motive le leadership politique, peut certainement contribuer à des améliorations économiques. Une différence significative proviendrait des nouveaux investissements et du retour des touristes, des entreprises et des dépôts financiers du Golfe arabe.

Pourtant, le succès pour attirer les investisseurs occidentaux et des pays du CCG restera difficile à atteindre sans changements majeurs. Les investisseurs occidentaux et les pays du CCG chercheront des opportunités ailleurs si les Libanais restent complaisants pour faire partie de ce qui est considéré comme l’axe iranien / syrien et s’ils ne tolèrent qu’un engagement ponctuel en faveur de la transparence et de l’état de droit. Plus précisément, les investisseurs et les touristes ne reviendront pas en nombre suffisant et prévisible tant que le Hezbollah pourra, sur un coup de tête, entraîner le Liban dans la guerre, sans référence à l’opinion publique ou au contrôle du gouvernement.

Les Libanais eux-mêmes devront choisir la voie menant à la pauvreté perpétuelle ou à la prospérité potentielle, en déterminant s’ils continueront à accepter une gouvernance médiocre combinée au veto effectif sur les décisions du gouvernement sur lequel le Hezbollah insiste (tout en réfutant en même temps toute responsabilité publique pour les actions souvent meurtrières du Hezbollah). Les électeurs libanais ne seront peut-être pas en mesure de dépouiller le Hezbollah de son arsenal du jour au lendemain, mais ils pourront saisir la prochaine occasion électorale de priver le Hezbollah des partenaires parlementaires qu’il utilise comme multiplicateurs de force pour affirmer sa volonté politiquement: ainsi, la ligne rouge de Nasrallah contre des élections anticipées.

Les manifestations ne peuvent pas produire de changements immédiats, mais un processus constructif a commencé.

À ce jour, il n’est pas clair que la classe politique libanaise assiégée ait la moindre idée du type de gouvernement susceptible de satisfaire les exigences de la rue. Le candidat actuellement en discussion au poste de Premier ministre, homme d’affaires et ancien ministre des Finances, Mohamed Safadi, ne semble pas constituer une rupture avec les pratiques du passé, comme l’indique l’hostilité initiale dans les rues.

Se déclarant préoccupés par la sécurité dans un pays où des dirigeants politiques et des militants sociaux ont été régulièrement assassinés, les manifestants ont volontairement rejeté l’idée de promouvoir les dirigeants hors des manifestations pour négocier en leur nom. Cela laisse une petite impression de qui et de ce qui pourrait être acceptable. (On a des images des scènes du film et on joue à «Network», où des gens criaient des fenêtres disant qu’ils ne voulaient plus le prendre, mais sans proposition claire quant à ce qui remplacerait le statu quo.) C’est inquiétant. signe que les statuts du statu quo, autrement divisés, pourraient trouver une cause commune en évitant la responsabilité et le remplacement, étant donné que la «rue» pourrait être moins unie que ne le suggèrent les manifestations « pittoresques »

De plus, contrairement à l’image soignée non sectaire des manifestations, une certaine frustration publique dans les zones à majorité sunnite telles que Tripoli a révélé que des «intérêts sunnites» avaient été endommagés lorsque le Premier ministre Hariri (un sunnite) avait démissionné, lorsque le président du Parlement, Nabih Berri ( Chiite) et le président Aoun (chrétien) sont restés en place. Les fantômes sectaires du Liban seront difficiles à exorciser.

Après les faux pas des discours de Nasrallah, le Hezbollah doit recalculer, avec d’autres dirigeants du statu quo, sur la façon de conserver ses prérogatives tout en gérant l’ambiance populaire. Selon une rumeur, certains chefs sectaires traditionnels envisagent de laisser émerger un gouvernement authentiquement technocratique, persuadés que les technocrates «ne survivront pas à» l’effondrement financier prédit, ouvrant ainsi la voie aux dirigeants traditionnels pour se frayer un chemin dans la crise financière. décombres dans une course au pouvoir. Le clin d’œil préliminaire (même s’il est temporaire) à Safadi suggère toutefois que les manifestants ne vont pas obtenir le gouvernement purement technocratique qu’ils semblent vouloir. Mais les critiques persistantes et généralisées de la classe politique libanaise, du sectarisme et du Hezbollah ont permis de lever des tabous importants. De plus, les représentants syriens au Liban et ceux de l’Iran au Liban – jadis considérés comme pratiquement indiscernables, chantant leur duo de « résistance » dans une harmonie sinistre – montrent des signes de divergence naissants et sans précédent. Même si tous les gains potentiels ne sont pas réalisés immédiatement, 2019 constitue un tournant pour le Liban.

Les États-Unis ne peuvent pas déterminer mais influencer le résultat

Les manifestations de 2005, qui ont contraint les forces armées et les services de renseignement syriens enracinés à quitter le Liban, offrent une leçon importante pour aujourd’hui: la valeur de l’initiative nationale combinée à un soutien extérieur. Si les Etats-Unis et la France avaient poussé, il y a 14 ans, les Syriens à retourner de leur côté de la frontière et si les Libanais étaient restés chez eux, les Syriens auraient pu résister à la pression extérieure. Si les États-Unis et la France avaient détourné le regard, indifférents, lorsque les Libanais seraient descendus dans les rues en si grand nombre, les Syriens n’auraient fait aucun scrupule à réprimer les manifestations par la force. La combinaison massive de Libanais dans les rues et l’attention de la communauté internationale, dirigée par les États-Unis sous le président George W. Bush et la France sous le président Jacques Chirac, n’ont donné aucune option viable aux Syriens, à l’exception de la sortie.

Comme en 2005, l’attention soutenue et l’intérêt aujourd’hui – du Congrès, de l’administration, du Conseil de sécurité des Nations Unies et d’autres – peuvent aider à protéger les manifestants. Mais les manifestations ne peuvent pas continuer indéfiniment, d’autant plus que le citoyen moyen se lasse des interruptions de la vie quotidienne et s’inquiète des coûts économiques de la paralysie. L’intérêt soutenu, l’attention et les messages des États-Unis peuvent faire la différence alors que les Libanais luttent pour décider de la marche à suivre au-delà des manifestations locales.
Le truc pour nous est la nuance. Il ne serait pas sage d’intervenir directement dans les décisions politiques libanaises, ce qui empêcherait trop Nasrallah (ou la Syrie, l’Iran ou la Russie) de citer des exemples crédibles de tentatives prévisibles de discréditer les manifestants et de leurs revendications dirigées par les États-Unis. Nous ne devrions pas non plus être vus dans le choix du prochain Premier ministre du Liban (Safadi ou de quiconque) ou de certains ministres. ce sont des décisions exclusivement libanaises. Mais comme nos intérêts nationaux et ceux de nos alliés régionaux seront affectés par ce qui se passe au Liban, nous avons la responsabilité de clarifier nos propres vues par notre action et par nos paroles.

Les Libanais méritent de comprendre pleinement quelles sont les implications et le soutien économique dépend des décisions des Libanais eux-mêmes, y compris de la composition et des politiques du prochain gouvernement du Liban. Oui, nous sommes prêts à défendre le Liban, mais sur la base de la manière dont les Libanais souhaitent procéder. Si le gouvernement libanais aborde enfin les questions de gouvernance et de responsabilité, la communauté internationale peut y répondre; si le gouvernement reprend ses activités habituelles, nous ne serons pas en mesure de mobiliser un soutien pour éviter l’effondrement. Avec les manifestants appelant à un gouvernement technocratique plutôt que politique, nos messages publics peuvent mettre en exergue l’attente d’un nouveau gouvernement libanais, s’il recherche un soutien international, devrait effectivement et immédiatement répondre aux aspirations du peuple libanais au sujet de la réforme.

Bien que ces décisions leur appartiennent, les Libanais, qui ont longtemps vécu avec complaisance dans la contradiction de l’auto-identification à l’Occident tout en hébergeant une filiale terroriste iranienne, doivent comprendre les implications de la voie qu’ils ont choisie. Lors des précédentes crises financières au Liban, les États arabes du Golfe ont transféré temporairement leurs dépôts en devises à la Banque centrale libanaise afin de constituer des réserves; cela pourrait être répété.

Les États-Unis, ainsi que la France et d’autres pays, peuvent diriger les relations avec les institutions financières internationales en ce qui concerne l’appui au Liban. Avec les bonnes personnes et les bonnes politiques en place, un nouveau gouvernement libanais pourrait enfin mettre en œuvre les réformes susceptibles de déclencher la libération d’un programme d’assistance reformulé de 11 milliards de dollars annoncé lors d’une conférence internationale à Paris en 2018. Ces mesures donneraient aux responsables libanais un bref répit, alors qu’ils promulguent des réformes – promises depuis longtemps, qui n’ont jamais été mises en œuvre et qui sont maintenant exigées par la population – pour assainir durablement les finances du Liban et promouvoir la croissance économique. Mais compte tenu des efforts déployés, il incombe aux autorités libanaises de surmonter le scepticisme national et international en choisissant des visages et des politiques crédibles pour le prochain gouvernement. La poursuite du copinage, de la corruption et du choyage du Hezbollah mènera toujours vers le bas, tandis que la réforme, la responsabilité, la transparence et le recours aux institutions nationales au lieu du Hezbollah peuvent attirer le type de soutien nécessaire pour mener à une meilleure destination, avec l’aide des États-Unis et d’autres . Cela devrait être notre message.

À long terme, les intérêts des États-Unis au Liban seraient mieux protégés par ce que le peuple libanais indique qu’ils veulent: un Liban prospère, démocratique, indépendant, pleinement souverain et pacifique, qui dépend (notamment pour la sécurité) d’institutions gouvernementales efficaces et transparentes Responsabilité publique. Avec le bon gouvernement en place et un soutien international renouvelé, cela ne devrait pas être impossible à réaliser. Avec un peu plus de 10 000 kilomètres carrés, le Liban est plus petit que la région métropolitaine de New York. La population de la région métropolitaine de New York dépasse les 20 millions, tandis que le Liban, même les réfugiés syriens et palestiniens, compte bien moins de 7 millions d’habitants. Assurément, il ne peut être difficile de fournir de l’électricité, d’Internet et une collecte des déchets fiable à une population libanaise qui, en général, est à la fois bien éduquée et connectée au monde entier. Il ne devrait pas non plus être aussi coûteux, sous la bonne direction, de mobiliser un soutien pour améliorer la situation financière: pour mettre cela en perspective, la totalité de la dette extérieure du Liban (environ 35 milliards de dollars) est conforme aux estimations de ce que l’Arabie saoudite saigne chaque année dans la poursuite d’une guerre au Yémen (25-40 milliards de dollars).

En libérant l’assistance militaire maintenant, en démontrant que nous accordons une attention particulière et en précisant clairement les implications, bonnes ou mauvaises, des choix que font les Libanais, nous pouvons servir nos propres intérêts, contribuer aux calculs que les Libanais feront à propos des prochaines décisions politiques et éviter un vide que d’autres combleraient à notre détriment.

Je remercie à nouveau le Congrès et ce sous-comité de se concentrer sur les intérêts des États-Unis au Liban.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.