Moins d'une minute de lecture

Après l’adoption par la Banque du Liban, de la circulaire 546 mettant en place une marge maximale de 30% par rapport à la parité de la livre libanaise face au dollars, soit 1960 LL/USD, la très grande majorité des bureaux de change refuse toujours de vendre les précieuses devises vertes pourtant nécessaires à l’économie libanaise.

Cette grève se poursuit en dépit d’une réunion qui s’est déroulée ce lundi à la banque centrale. La BDL avait alors indiqué que les autorités locales fermeront les établissements de change illégaux, une mesure qui ne semble pas avoir contenté le syndicat des agents de change.

Pour rappel, le dernier taux de change dans les marchés parallèles s’établissait à 2 715 LL/USD, alors que les banques libanaises continuent à imposer un contrôle des paiements mis en place à l’initiative de l’Association des Banques du Liban et non des autorités de tutelle, limitant de manière encore plus drastique la vente de dollars dont la pénurie avait débuté dès le début de l’été en raison des faiblesses du secteur bancaire.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.