Le Palais Présidentiel de Baabda. Source Photo: Facebook
Le Palais Présidentiel de Baabda. Source Photo: Facebook
Moins d'une minute de lecture

Le Président de la République a réfuté par un communiqué toute intervention dans la libération d’un ressortissant saoudien, Abdel Mohsen Ben Abdelaziz, membre de la famille royale, et impliqué dans un trafic de drogue.

5 autres ressortissants saoudiens avaient été arrêtés dans le cadre de cette affaire dont 2 qui ont été libérés suite au versement d’une caution d’un million de livres libanaises.

Pour rappel, ce dernier avait été arrêté le 26 octobre 2015 à l’aéroport international de Beyrouth. il tentait alors de quitter le Liban via un avion privé avec 1900 kilogrammes de Captagon, une drogue produite en très grande quantité en Syrie, pour une valeur estimée à 250 millions de dollars alors.

Le communiqué publié par la présidence de la république rappelles les différentes étapes de l ‘affaires judiciaire.

Ainsi, cet individu a été condamné par la cour d’appel du Mont Liban le 27 mars 2019, puis a été libéré avec interdiction de voyager le 26 avril 2020, à l’issue de sa peine.

La Présidence de la République confirme qu’une demande de grace lui a été soumise, le 2 mai 2020. Cependant, le 21 juillet 2020, le Président de la République a rejeté cette demande, “conformément à l’avis de la Commission des grâces”.

Cependant, le 21 juillet 2020, le même jour par conséquent, le procureur général de l’Appel de Beyrouth a levé l’interdiction de voyager de l’émir susmentionné. Le ressortissant saoudien a depuis quitté le Liban, le 24 juillet 2020.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.