Après avoir quasiment lancé en 2008, comme en avant première ou en préfiguration, le cycle des grandes mobilisations qui secouent les pays arabes depuis 2011, le Liban se remet de nouveau dans le mouvement qui secoue, non plus le seul monde arabe, mais plusieurs continents aujourd’hui.

À l’instar d’un mai 68 à l’envers, parti du monde occidental, d’abord en Allemagne dès 1967, puis en France où il secoue l’ensemble du pays et enfin au reste du monde, en passant par le Sénégal, le Mexique et les États-Unis d’Amérique, le cycle des grandes mobilisations qui remet en cause les pouvoirs établis prend naissance au Proche et Moyen-Orient pour se répandre en France avec le coup de tonnerre que fût la publication du manifeste « Indignez-vous ! » de Stéphane Hessel en octobre 2010, qui donne naissance à un mouvement qui se répand comme une traînée de poudre en Espagne, en Grèce, en France, aux États-Unis puis dans le reste du monde.

A la différence de Mai 68 qui se développe dans la foulée des Trente Glorieuses et selon un projet de partage des richesses né aux États-Unis suite à la crise de 1929 et du programme du Conseil National de la Résistance en France, période de développement continu des richesses et de leur partage positif, période d’espoir et d’optimisme, le cycle des mobilisation actuelles se réalise dans le désespoir d’une explosion des inégalités et des laissés pour compte noyés dans des difficultés de plus en plus insupportables.
Ce cycle, faute de perspectives et brutalement par les dictatures du tiers-monde ou avec le savoir faire acquis par une expérience deux fois centenaire par les oligarchies occidentales, a été enrayé et s’est mis en sommeil. C’était sans compter avec la déraison que procure l’ivresse de la victoire et le sentiment d’invincibilité.

Les oligarchies se sont donc senties de nouveau des ailes en accélérant encore plus le cycle du néolibéralisme, expérimenté au Chili, à la suite au coup d’État de Pinochet à partir de 1973, par les Chicago boys, appliqué par Thatcher en 1979, Reagan en 1980 et à leur suite Mitterrand en 1983, pour devenir dans la foulée la nouvelle norme mondiale de l’économie capitaliste hors de laquelle n’existeraient que les ténèbres.

De richesses promises il y en eu. Il y en eu comme on en a jamais vu , mais au profit d’un nombre de plus en plus restreint. Les classes moyennes créées lors du cycle ouvert par les trente glorieuses après la seconde guerre mondiale, continuèrent de progresser dans les années 90 et jusqu’au début des années 2000 pour commencer à décliner dans leurs couches les plus fragiles. Ces couches n’ont jamais cessé de s’élargir, une fragilité entraînant l’autre, une rupture entraînant l’autre, voire une plus grande encore. 
Des richesses inouïes certes, mais de plus en plus concentrées. Et, de l’autre côté, des fragilités de plus fortes, des fragilités entraînant de nouvelles fragilités, des ruptures entraînant de nouvelles ruptures, des cercles de pauvreté s’élargissant, ouvrant des brèches où vont se faire entraîner de nouvelles couches fragilisées. 

Jusqu’à la défiance face à cette classe qui n’est plus que mensonge, intérêts d’entre soi, jusqu’à ce que les paillettes ne soient plus l’expression de la fête mais du mensonge, de la rapine, du mépris, de la privation, de la faim, mais aussi de sentiment d’échec et de la  honte de soi. Ingrédients terribles en fonction de leur niveau d’association et de dosage. 
Des richesses inouïes certes, et des des glissements et des dérives de plus en plus autoritaires, brutaux, liberticides, xénophobes, voire néo fascistes.
Des souffrances de plus en plus fortes, jusqu’à l’insupportable. Et une goutte d’eau qui fait déborder le vase. En France avec la taxe carbone sur l’essence, en Algérie avec la prétention d’un nouveau mandat pour un président au pied de la tombe, au Soudan et maintenant au Liban. 

Le cycle des mobilisations enrayé s’était mis en sommeil, mais les braises étaient ardentes sous la cendre.
Certes, chaque pays, comme chaque soulèvement, a ses spécificités et ne saurait se confondre avec l’autre même si le mouvement d’ensemble se nourrit de ces spécificités. Mais il est nécessaire pour en comprendre la nature et l’objet.
Pour en revenir donc au Liban après ce long détour, cette révolte contre les conséquences terribles du néolibéralisme est nourrie par la forme la plus abjecte qu’elles revêtent, à savoir une corruption inégalée des gestionnaires du pouvoir depuis plusieurs décennies.

Corruption accentuée avec la guerre civile dont le pays paie encore les conséquences, avec un confessionnalisme accentué qui n’empêche nullement les différentes oligarchies de s’entendre comme copains et coquins sur l’essentiel. Corruption comme rarement vue dans le monde, mais aussi des factions qui se neutralisent, aveuglées par leurs cupidités et leurs jalousies réciproques, entraînant une paralysie régulière du fonctionnement de l’État comme des projets d’investissement.

Corruption, mais aussi étalage orgueilleux de richesses et de gabegies qui sont autant de manifestations de mépris, de vantardise et de provocation à l’égard de leur peuple. Un peuple qu’ils n’ont de cesse de manipuler et de dépouiller.
Cette expression spécifique de la situation du Liban ne saurait nous faire oublier les conséquences néfastes du néolibéralisme qui y sont en œuvre.
Ce néolibéralisme est porté par le FMI comme par les soi-disant politiques d’aide, qui sont aussi autant d’occasions de nourrir la corruption.
Le FMI exerce essentiellement ses talents dans les pays du sud, soit dans les pays pauvres. Il n’y a apporté que chômage, démantèlement des infrastructures et des entreprises nationales, misère et corruption. Il en est de même des aides au développement. S’orienter dans ce sens, quelque soit l’issue des mobilisations au Liban n’entraînera que les mêmes conséquences. C’est ne rien comprendre aux crises et aux mobilisations de contestation qui traversent le monde, ou alors vouloir délibérément rester aveugle face à ce néolibéralisme qui génère la misère des populations comme le pillage et la surexploitation des richesses terrestres au risque de remettre en cause l’équilibre physique de la terre elle-même. C’est dire toute l’urgence à s’éloigner des solutions préconisées  par le FMI et la soi-disant aide internationale.
Croire qu’on peut enrayer une fois de plus un tel mouvement et se remettre de nouveau à se gaver de la misère populaire serait une lourde erreur et une faute sans nom. L’explosion des inégalités aux XIXe et début du XXe siècles ont engendré deux guerres mondiales entrecoupées de la danse macabre des possédants dans l’entre deux guerres. La période ouverte par le néolibéralisme depuis quarante ans s’achève dans des crises et des convulsions de plus en plus violentes et destructrices. Devrait-on détourner le regard en attendant que cela passe et que la danse macabre reprenne de plus belle ?

Quelles perspectives ?

De nombreuses personnes s’interrogent aujourd’hui sur les manipulations de certains pays, notamment des États-Unis, d’Israël et d’Arabie Saoudite. Il est évident que manipulations il y a et il y en aura, des uns ou des autres, et c’est la règle dans tout mouvement. 
Il appartient à ceux qui estiment que les revendications exprimées, et qui ne cesseront de s’enrichir au fur et à mesure que le mouvement perdure, sont légitimes, pour les porter eux-mêmes en toute sincérité et dans le respect de l’autonomie du mouvement qui les porte,  participer à sa maturation. d’exiger que  l’État protège les manifestants et assure leur sécurité en veillant à neutraliser les provocateurs et les pêcheurs en eau trouble. C’est en agissant ainsi qu’on peut porter sincèrement les revendications populaires, leur donner une perspective féconde d’une part, neutraliser ceux qui veulent détruire le Liban, et pour les nommer clairement, aussi bien les wahhabites que l’État d’Israël.
Face aux mouvements de protestation en Irak, l’ayatollah Sistani, une voix sage s’il en est, a non seulement exigé que le gouvernement accède aux revendications des manifestants du fait de leur légitimité, mais a mis aussi en cause ce gouvernement face aux manifestants tués, non qu’ils aient été nécessairement assassinés par le pouvoir, mais parce que ce dernier a manqué à son devoir de les protéger. 
L’essentiel des revendications populaires rejoignent celles du Hezbollah comme du général Aoun. Ils n’ont jamais trempé dans la corruption ni les marchandages de bas étage. Il leur appartient d’œuvrer activement et sincèrement leur réalisation  dans le respect de l’autonomie de ce mouvement, même si de nombreuses personnes, alliées ou adversaires, devront en payer le prix tant elles ont participé à spolier les richesses du Liban.Et le tout ne sera pas de promulguer des réformes, mais de reconnaître le droit de la société civile d’en contrôler l’application et de lui donner le moyen de le faire. De lui reconnaître le droit de porter plainte pour des faits avérés de corruption et d’en suivre l’instruction. De reconnaître le droit aux travailleurs d’être fortement représentés au niveau des instances de décision de leur entreprise comme cela se fait couramment en Allemagne et dans les pays du Nord de l’Europe, d’avoir la majorité dans les instances d’administration des entreprises nationales… Les principes de la démocratie ne se réduisent pas, pour le citoyen, au droit de voter une fois tous les quatre, cinq ou six ans, mais de pouvoir influer, chaque fois que souhaitable ou nécessaire, sur ce qui engage sa vie au quotidien. 

Scandre Hachem

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.