Le ministre du pétrole égyptien Tarek al Molla a indiqué, lors d’une interview diffusée par la chaine de télévision Al Arabiya à l’occasion du sommet de Davos en Suisse, que son gouvernement envisageait l’exportation de gaz vers le Liban.

Ces envois devraient se faire via la voie maritime et non via le gazoduc déjà existant reliant son pays à la Syrie à travers la Jordanie.

Cette information intervient alors que le Liban envisage de convertir ses centrales électriques du fioul au gaz naturel, avec, à la clé, des économies et une réduction de la pollution.

Aussi, en cas de découverte de gaz dans la zone maritime exclusive libanaise, se pose la question de sa transformation et de son transport, le Liban ne possédant actuellement pas les capacités à le faire.

Pour rappel, les premiers forages, initialement prévus en décembre 2019, sont pour l’heure retardés à février 2020 en raison du retard pris par le navire américain en charge de les effectuer à venir sur les lieux.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.