Le Président de la Chambre, Nabih Berri
Le Président de la Chambre, Nabih Berri

Le Président de la chambre Nabih Berri a mis en garde contre le fait de répartir les pertes du secteur financier sur les comptes des déposants , estimant qu’il s’agit d’une tentative pour éviter de voir la réalité et d’un crime.

Nabih Berri s’exprimait devant une délégation du comité économique dirigé par Mohammed Choucair.

Selon le président de la chambre, le Liban ne peut être sauvé de la crise financière qu’il traverse actuellement que par la solidarité entre libanais.

La priorité de tout gouvernement est de rechercher le salut, spécialement quand le dossier est lié à la sécurité du Pays et à la protection des citoyens avant de souligner que les réformes à mener constituent une condition préalable à toute aide étrangère.

La confiance ne peut être créée et restaurée que par la réforme, juge Nabih Berri.

Ces informations interviennent alors que certaines sources estiment à seulement 931 comptes bancaires de plus de 10 millions de dollars – dont nombreux sont ceux qui appartiennent à des hommes politiques dont certains députés ou à des personnes impliquées politiquement -, ceux qui pourraient être mis à contribution via un bail-in selon les termes du plan de sauvetage du gouvernement Hassan Diab, plan qui prévoit par ailleurs un wipe-out des actionnaires existants afin de recapitaliser les banques privées.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.