La suppression du corps diplomatique est un coup fatal porté par le pouvoir actuel à l’influence française dans le monde. Notre pays est sur le point de perdre sa capacité à défendre ses citoyens mais aussi sa voix et sa place à l’étranger. La France s’apprête à devenir le seul État de l’Union européenne, et seule puissance du G7 et du G20, à ne plus disposer d’un corps dédié de diplomates de carrière.

Des milliers de Français de l’étranger vont voir la France poursuivre son abandon progressif et volontaire, des milliers de familles vont subir l’effacement volontaire de leur pays à leurs côtés.

Funeste décision qui met, avant tout, en danger les 2,5 millions de Français de l’étranger déjà abandonnés lors de ce quinquennat, par un Etat français qui se coupe de ses relais et « ambassadeurs » du quotidien partout à travers le globe.

Notre capacité à venir en aide à nos concitoyens est mise en danger. N’oublions pas qu’au cœur de la crise sanitaire de Coronavirus 150 000 Français ont pu être rapatriés en quinze jours grâce à l’expertise, au dévouement et au savoir-faire de plusieurs centaines de diplomates français.

Ces professionnels de carrière ont su se battre pied à pied auprès des autorités locales pour obtenir des autorisations de vol, grâce à des relations de confiance tissées avec patience et intelligence sur le terrain. Les liens étroits et de confiance avec nos interlocuteurs étrangers se nouent dans la langue locale, grâce à une expertise rare, une connaissance fine des cultures étrangères. Cela ne s’apprend pas en quelques mois, cela ne s’acquiert pas par hasard dans une école généraliste et fourre-tout.

Notre réseau diplomatique et consulaire, financièrement et politiquement fragilisé depuis 2017, repose sur le dévouement exemplaire d’agents qui ont consacré leur vie au service public dans le monde en apprenant des compétences rares mises au service de nos compatriotes à l’étranger.

En supprimant le corps diplomatique et les diplomates professionnels, deuxième réseau le plus important au monde, ce sont les piliers de la République que le Président Macron fragilise.

Nos diplomates perdront leur force, leur histoire, leur richesse. La diplomatie française ce n’est pas une start-up où on pioche des cadres au gré des cours d’un marché de matière grise en leur inculquant sur le tas des rudiments de relations internationales, d’histoire des civilisations.

Cette mauvaise nouvelle tombe au pire moment, à l’heure où notre diplomatie est déjà en train de disparaître sur le terrain : des budgets de plus en plus restreints dans les ambassades, nos représentants à l’étranger dépouillés de leur puissance de frappe.

À vouloir tout déconstruire on fragilise l’essentiel, à vouloir tout déconstruire on met en péril les outils de notre puissance issus de siècle de tradition diplomatique et des efforts inouïs et visionnaires entrepris par le Général de Gaulle. Talleyrand, père de la diplomatie française, comme De Gaulle, fondateur de notre souveraineté contemporaine, voient leur héritage sabordé.

Faut-il se résigner et croire à la fatalité de l’abaissement français dans le monde ? Je m’y refuse et m’engage pleinement dans le redressement et l’honneur d’un grand et vieux pays plus que jamais indispensable à l’équilibre de plus en plus précaire du monde.

Aurélie Pirillo

Facebook : https://www.facebook.com/apirillo

Instagram : @aurelie_pirillo 

Twitter : @aureliepirillo

LinkedIn : Aurelie Pirillo











Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.