Un nouveau rapport publié par l’observatoire de la crise de l’American University of Beirut indique que désormais, les familles libanaises doivent dépenser 5 fois le montant du salaire minimum pour se nourrir pour le mois de juillet.

Cette étude ne prend pas en compte les facteurs additionnels tels que l’électricité ou encore le gaz nécessaire à la préparation des déjeuners ou des diners.

Cette information intervient alors que la livre libanaise a perdu plus de 90% de sa valeur par rapport au dollar depuis 2019, induisant une perte importante du pouvoir d’achat. Si le taux d’inflation n’a atteint que 120%, cela grave au programme de subvention à l’achat des produits de première nécessité, le poste de dépense pour l’alimentation a, quant-à-lui, progressé de 226%, indiquait le dernier rapport du ministère de l’économie.

Selon les auteurs de ce rapport, cette hausse des prix aurait même atteint 700% sur 2 ans et même 50% en juillet, s’accélérant par conséquent même au cours de ce mois, certains commerçants préemptant la levée prochaine du programme de subvention des produits de première nécessité et son remplacement par un programme de rationnement. Des questions se posent cependant quant à son financement.

Désormais, le salaire minimum atteint 675 000 Livres Libanaises soit moins de 30 USD contre 450 USD par rapport à sa valeur d’il y a 2 ans, le salaire médian atteint de son côté moins de 100 USD au taux de change au marché noir.

Près de 43% de la population active serait ainsi au chômage et le taux de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté, soit avec moins de 6 USD par jour atteindrait 75%, estiment certaines sources.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Répondre

Entrer votre commentaire
Votre nom