Le quotidien The Daily Star indique que le gouverneur de la Banque du Liban aurait refusé de poursuivre le programme de subvention à l’achat de produits de première nécessité exigeant du gouvernement sortant de mettre en place un plan visant à restructurer celui-ci avec la mise en place de cartes prépayées à destination des personnes les plus vulnérables. Riad Salamé aurait ainsi informé le ministre sortant des Finances Ghazi Wazni.

Aussi Riad Salamé aurait informé le gouvernement sortant qu’il ne disposerait plus que 1.5 milliards de dollars disponibles pour ce programme, composés de 1 milliards de dollars liquides et l’équivalent de 650 millions de dollars en Eurobonds et étaient précédemment évalués à 5.5 milliards de dollars.

Pour rappel, le coût du programme de subvention était de 700 millions de dollars durant la période précédentes à la crise actuelle. Il est tombé à 500 millions de dollars actuellement, soit 6 milliards de dollars par an dont 3 milliards de dollars pour les carburants seulement. Des interrogations portent également sur la réalité des 16 milliards de dollars de réserves brutes de la Banque du Liban principalement constituées par les sommes disponibles par les 15% de réserves obligatoires sur les dépôts bancaires.

La mise en place d’un programme de cartes prépayées serait cependant tributaire de l’approbation par le parlement puisqu’il s’agirait alors d’un prêt annuel pour un montant d’un milliard de dollar de la Banque du Liban contre 6 actuellement. Ce programme serait à destination de 800 000 familles maintenant.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.