Le siège du ministère des affaires étrangères, le Palais Boustros, a été symboliquement pris par les manifestants. Pour rappel, cet édifice a été largement endommagé par l’explosion du port de Beyrouth.

Ce samedi était prévue une manifestation à 17 heures locales, pour demander le départ de la classe politique accusée de corruption et d’avoir mené le Pays des Cèdres à ces crises multiples, jusqu’à cette dernière crise liée à l’explosion du port de Beyrouth.

Pour l’heure, le ministère de la santé indique que 158 personnes sont décédées, plus de 60 personnes toujours portées disparues et plus de 6 000 personnes ont été blessées selon un bilan toujours provisoire dans l’explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et une grande partie de la capitale libanaise.

La piste d’une explosion accidentelle de 2750 tonnes de nitrates d’ammonium saisis en 2014 à bord d’un navire poubelle, le Rhosus battant pavillon moldave, est pour le moment privilégiée par les autorités libanaises. Cette explosion équivaudrait à celle de 600 tonnes de TNT ou encore à un tremblement de terre de 3.3 sur l’échelle de Richter.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.