Après la guerre du Falafel ou du Tabouleh il y a quelques années, les israéliens relancent la Food War, en s’attribuant la création très appréciée des libanais, le Hommos, également appelé houmous ou Homous.

La nourriture revêt en effet une importance identitaire et culturelle, surtout dans une région conflit où chacun revendique son origine et une place prépondérante dans l’Histoire du Moyen-Orient. Pour Israël, il s’agit avant tout de s’ancrer dans la région en voulant établir une origine dans la région. Pour les pays du Levant, il s’agit de défendre une culture locale.

Précédemment, une « Food War », telle qu’on l’appelait à l’époque, avait déjà eu lieu. C’était au début des années 2010. Aucun mort, pour une fois, n’a été heureusement à déplorer, peut-être juste quelques crises de foie, mais généralement seuls des records de plats de Tabouleh et de Hommos géants sont tombés les uns après les autres de chaque côté des frontières ou lignes de démarcation.

Finalement, la victoire est revenue au Liban, avec un Hommos qui a été préparé par 250 cuisiniers dans un plat de 7.17 mètres de diamètre. Ce dernier faisait au final 10,452 kg, balayant largement le précédent record, 800 kg seulement, détenu depuis deux ans par Israël.

Cette bataille du Hommos n’est pas si innocente. En effet, les autorités libanaises ont bien tenté de faire reconnaitre une appellation d’origine contrôlée à ce plat en Europe et aux USA, un marché en particulier évalué à 1 millards de dollars, essentiellement contrôlé par une société israélienne.

Le Hommos, un plat levantin dont l’origine est très lointaine des conflits locaux

Servi généralement en entrée et pouvant accompagner le reste du repas, le Hommos est facile à faire.

Son origine ferait l’objet d’une polémique.

Certains y verront une origine damascène, d’autres estiment que ce plat a été inventé à Beyrouth au XIXème siècle durant l’occupation ottomane et enfin certains citent une origine médiévale Egyptienne.

Les israéliens s’en attribuent également la création en raison d’un plat similaire mais sans ses ingrédients essentiels, à savoir surtout le Tahini et l’ail qui donnent à eux deux son goût caractéristique, comme on pourra le découvrir.

La recette du Hommos

1- Une boite de Hommos ou de Pois chiches, vidées dans un grand pot. Le contenu des boites sera mis sous le feu jusqu’à ce que la peau des pois chiches s’enlève facilement. Il faudra attention à ce que cela ne soit pas trop sec.

On peut également prendre des pois chiche secs qu’on laisse tremper la veille.

2- On passe au mixer pour réduire les pois chiches en purée puis on met 2 gousses d’ail pressés avec du jus de citron et 3 à 4 cuillerées à soupe de Tahini, une crème de sésame, toujours en mixant.

Quand cela devient épais, on peut alléger avec un peu d’eau.

3- Pour dresser le plat, on le placera dans une assiette creuse, en égalisant et creusant son milieu. On peut y déposer quelques grains de pois chiches et saupoudrer légèrement avec un peu de sumac. Enfin, rajouter pour compléter un peu d’huile d’olive.


Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.