S’exprimant ce vendredi à l’occasion de la 13ème commémoration du début du conflit de juillet 2006, le secrétaire général du Hezbollah a indiqué que son parti se tenait aux côtés de l’Emir Talal Arslan du Parti Démocratique Libanais (PDL) dans l’incident qui l’oppose à son homologue druze Walid Joumblatt. Il a cependant appelé au calme.

Il s’agit des premières déclarations publiques du secrétaire général du Hezbollah au sujet de cet incident qui continue à paralyser le conseil des ministres jusqu’à présent.

Pour rappel, à l’origine de cet incident du dimanche 30 juin 2019, une fusillade entre gardes du corps du Ministre Saleh Gharib, proches du député Talal Arslan, dirigeant du PDL et dont 2 membres sont morts et des manifestants du PSP de Walid Joumblatt, lors de la visite au Chouf du Ministre des Affaires Etrangères Gébran Bassil.

Il ainsi révélé que le parti chiite a débuté, dès que la nouvelle de l’incident a été rendue publique, une série de contacts afin de pacifier la situation.

« La stabilité du Liban est notre intérêt », estime-t-il, tout estimant logique à ce que cette affaire soit déférée devant le haut conseil judiciaire, chose que refusent Walid Joumblatt et ses alliés.

Il a également déclaré que la décision du Président du Conseil des Ministres Saad Hariri à reporter la réunion de son gouvernement était sage.

Concernant les relations avec le PSP, Hassan Nasrallah ne s’est pas déclaré opposé à l’ancien député druze. Il a cependant fait porter la responsabilité de la dégradation des relations entre les 2 partis sur Walid Joumblatt, estimant q' »il est celui qui a commencé le problème avec nous quand il a parlé des armes ».

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.