Les manifestations se poursuivent en ce 48ème jour depuis le début des évènements, avec des manifestations d’étudiants comme d’habitude mais également de personnes handicapées qui réclament le versement des subventions qui leur sont dues.

Les personnes handicapées ainsi que leurs familles et des organisations qui leurs viennent en aide se sont rassemblées en plusieurs endroits en cette Journée internationale des personnes handicapées pour exiger de la part de l’état, le versement des subventions pour 2019 qui leur sont normalement dues et qui sont actuellement en retard.

Ces rassemblements ont eu lieu devant le siège patriarcal de Bkerké, à Hasbaya et à Saïda au Sud du Liban, à Baalbeck dans la Békaa ainsi qu’à Tripoli au Nord Liban.

Ils dénoncent ainsi l’arrêt par le gouvernement des subventions dès 2018 jusqu’à aujourd’hui, ce qui a poussé de nombreuses associations et centres qui s’occupent des personnes handicapées à fermer leurs portes. Il s’agissait notamment du cas de SESOBEL qui avait annoncé dès juin de graves difficultés financières, poussant l’association à fermer certains de ses services d’aide.

Lire également

Ce mouvement se déroule en dépit des promesses du ministre sortant des Affaires sociales, Richard Kouyoumjian, qui a indiqué qu’il ne permettrait à aucune organisation s’occupant de personnes handicapées de fermer ses portes. Il a également promis le versement de ces aides par le ministère des Finances dans un délai d’une semaine.

Quant au Ministère des Finances, le Ministre sortant Ali Hassan Khalil renvoie, par un communiqué, la balle aux associations, indiquant attendre, que les contrats de 2019 soient envoyés au ministère des Finances.

À Tripoli, on essaye de bloquer les routes

Les manifestants se sont rassemblés mardi devant les institutions publiques et ont tenté de bloquer certaines routes de la ville de Tripoli au Nord du Liban. Il s’agit notamment du cas des étudiant qui ont tenté de bloquer l’accès au campus universitaire de Bohssas, ou des routes menant aux localités de Minyeh et Naameh. Elles ont été rouvertes par des unités de l’Armée Libanaise.

L’Armée Libanaise a accusé les manifestants d’avoir lapidé des soldats et même de les avoir blessés alors qu’ils tentaient de rouvrir la route, les obligeant de tirer en l’air. Une personne aurait, par ailleurs, été blessée sur les lieux. On ignore s’il s’agit d’une balle perdue.

Une pétition pour un gouvernement technocrate

Lundi soir, des manifestants de la région du Kesrouan se sont rendus auprès de Jounieh plusieurs députés de Kesrouan, pour leur demander de signer une pétition concernant leurs revendications et notamment la formation d’un gouvernement de type technocratique.

Parmi les députés signataires, le Général Chamel Roukoz – par ailleurs gendre du chef de l’état, le général Michel Aoun -, l’homme d’affaire Neemat Frem qui ont démissionné du bloc parlementaire du Courant Patriotique Libre, le mois dernier, et du député Chawki Daccache.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.