2 minutes à lire

La dette publique a continué à augmenter, indiquent les chiffres du Ministère des Finances. Celle-ci aurait atteint 92.4 milliards de livres libanaises fin mars 2020, en hausse de 0.8% par rapport à fin 2019 et de 7.2% sur une période d’un an.

La dette publique a augmenté de 774.8 milliards de dollars depuis le début de l’année, contre 1.1 milliards de dollars sur la période correspondante précédente.

La dette libellée en livres libanaises atteindrait 58.3 milliards de dollars fin mars 2020, en hausse de 0.8% depuis le début de l’année et de 11.2% sur une période d’une année. 63.1% de la dette publique serait ainsi en monnaie locale.
Cette hausse serait motivée par la souscription par la Banque du Liban d’obligations libellées en livres libanaises à un taux de 1% et d’une durée de maturité de 10 ans au mois de novembre et de décembre pour un montant respectif de 1 500 milliards de livres libanaises et de 3 000 milliards de livres libanaises. Cette souscription devait permettre au Ministère des Finances de rembourser les sommes à la Banque du Liban.

La dette en devises étrangères atteindrait 34.1 milliards de dollars, en hausse de 1% depuis le début de l’année et de 0.9% sur une période d’une année. La dette en devises étrangères représenterait 36.9% de la dette totale.

Le taux d’intérêt moyen de la dette publique serait de 6.5%.

La hausse de la dette interne et la légère augmentation de la dette en devises étrangères s’explique par la décision du gouvernement libanaise à ne pas recourir à des sources de financements externes et à déclarer un état de défaut de paiement afin de sauvegarder ses réserves monétaires. Aussi, le gouvernement Hassan Diab a décidé de suspendre tout paiement en devises étrangères.

Fin mars 2020, la Banque du Liban détendrait 42.4% de la dette publique, les banques privées 29.5%, les institutions financières non bancaires 8.3%, les autres investisseurs, y compris étrangers 17.6% et les institutions étrangères et gouvernements étrangers 2.2M

La banque centrale détiendrait également 58.6% de la dette en livres libanaises, les banques privées 28.3%, les institutions financières et le public 13.1%

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.