S’exprimant sur Twitter, le directeur de l’hôpital universitaire Rafic Harir, le dr. Firas Abiad, a abordé la situation critique que connait le Liban sur le plan sanitaire avec la pénurie de médicaments.

Il estime ainsi que le personnel médical déjà fortement impacté par l’épidémie du COVID19, fait face à d’autres maladies sans les instruments nécessaires. De nombreux services hospitaliers pourraient mettre ainsi la clé sous la porte.

Le responsable hospitalier a également dénoncé les hésitations de certaines personnes à se faire vacciner. Il a souligné que l’augmentation des cas de personnes contaminées dans des pays où la population jouit d’un bon taux de vaccination pourrait être un signe avant-coureur à une nouvelle vague épidémique, appelant par conséquent la population à respecter les gestes barrières.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն