Liban: Les premières discussions avec le FMI, satisfaisantes (Ministre des Finances)

4

Le Ministre des Finances, Ghazi Wazni, a qualifié les premières discussions avec le Fonds Monétaire International (FMI) qui se sont tenues aujourd’hui via vidéo-conférence de satisfaisantes. Etaient également présents des représentants de la Banque Centrale, du Premier Ministre et de la Présidence de la République.

Selon le communiqué du Ministère,

« le gouvernement libanais a débuté des négociations formelles avec le FMI pour discuter du plan de sauvetage financier. Le Ministre des Finances Ghazi Wazni a géré ses discussions qui prennent après des discussions préliminaires tenues ce lundi avec des représentants du Fonds Monétaire International.

Pour l’heure, on ignore toujours le contenu de cette discussion qui demeure confidentiel.

Pour rappel, le Liban a présenté, il y a 2 semaines un plan de sauvetage face à la crise qui ravage son économie depuis maintenant 2 ans. Cette crise s’était révélée au grand jour durant l’été 2019 avec le manque de liquidité affectant le système financier. et une dette abyssale, qui atteint 92 milliards de dollars pour un PIB qui pourrait se rétracter à 34 milliards de dollars, selon certaines sources. Une récession de 12% est attendue en 2020, selon certaines études. Par ailleurs, 60% de la population libanaise vivrait actuellement sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 6 dollars par jour.

La population libanaise est également confrontée à une détérioration importante de la monnaie locale face au dollar. Le taux de parité de la livre est ainsi passé de 1507 LL/USD officiellement à plus de 4 000 LL/USD au marché noir, le seul marché où le billet vert reste disponible, après que les banques libanaises aient instauré de manière unilatérale un contrôle des capitaux dès novembre 2019.

Le plan de sauvetage est critiqué par l’établissement bancaire local en raison d’un approvisionnement à la totalité du capital des actionnaires des banques qui font face d’importantes pertes suite à la déclaration d’un état de défaut de paiement par les autorités libanaises, début mars. La Banque du Liban elle-même n’est pas épargnée, avec des pertes estimées par certains à 63 milliards de dollars, alors que les réserves monétaires brutes fondent actuellement.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

1 COMMENTAIRE

  1. c’est comme pour le gaz et le pétrole – il y a pourtant un proverbe libanais qui dit la corde du mensonge est courte

Comments are closed.