Le Ministre de l’économie a décidé de la fermeture de magasins appartenant à des ressortissants syriens, non enregistrés auprès des chambres de commerce. Les forces de sécurité intérieure et des inspecteurs du Ministère ont ainsi procédé à la fermeture de 3 magasins à Furn el Chébak dans la banlieue de Beyrouth.

Ainsi, ont été scellés une petite boulangerie, un magasin de légumes et un coiffeur après que les papiers officiels de ces magasins aient été demandés. Après avoir déterminé l’absence d’autorisations officielles et en l’absence de leurs propriétaires respectifs, 2 de ces magasins ont été fermés. La boutique de légumes a, quant-à-elle, été autorisée à poursuivre son activité avec pour seule infraction, la non publication des prix de ses marchandises.

Les papiers des travailleurs syriens et égyptiens employés par ces magasins ont également fait l’objet d’une vérification.

Selon le conseiller auprès du Ministre de l’économie, Georges-Michel Abdessater, présent sur les lieux, cette opération vise à lutter contre la compétition illégale qui oblige « notre jeunesse à quitter le pays pour travailler ». Il s’agit également d’appliquer les lois locales alors que les autorités ont fait preuve jusqu’à présent de laxisme.

Le chef de la municipalité de Furn el Chébak, Raymond Semaan, a réfuté de son côté toute visée discriminatoire à ces mesures. Il a indiqué que cette opération a été rendue nécessaire indiquant que toute personne ayant le droit de travailler peut travailler.

Selon le Ministre de l’Economie, cette campagne se poursuit à Jeita dans le Kesrouan aujourd’hui.

Une législation locale à ce sujet existe cependant

Pour rappel, la législation locale permet aux résidents syriens entrés légalement au Liban d’accéder à 3 secteurs d’activité: la construction, l’agriculture et le nettoyage. Cependant, il leur est interdit d’enregistrer un commerce sous leur nom à la chambre de commerce. Toutefois, certains ont recours à des ressortissants libanais comme intermédiaires auprès des institutions publics.

L’impact de la guerre civile syrienne

La présence d’un million et demi de réfugiés syriens depuis le début de la guerre civile dans leur pays, en plus de 500 000 réfugiés palestiniens souvent présent depuis 1948, impacte durement le Liban. Ainsi, les réfugiés syriens, souvent présents illégalement sur le sol libanais entrent en compétition avec la main d’oeuvre locale.

Ainsi, 43% de la population active libanaise, selon la Présidence de la République, est désormais au chômage et 30 000 nouveaux diplômés quittent actuellement le Liban faute de trouver un emploi.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

1 COMMENTAIRE

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.