Vue générale de Beyrouth et de son port après l'explosion du port de Beyrouth du 4 août 2020. Crédit Photo: Libnanews.com

Alors que la réunion du gouvernement initialement prévue au Palais de Baabda et au cours de laquelle devait être présentée les résultats de l’enquête préliminaire de l’explosion de Beyrouth, réunion qui a été déplacée au Grand Sérail depuis, des sources proches du gouvernement indiquent qu’une démission de l’ensemble des ministres sera prochainement annoncée dans les heures qui viennent, écartant pour l’heure le scénario de la tenue d’élections législatives anticipées.

Le scénario de la tenue d’élections législatives anticipées seraient ainsi écarté par les proches du Président de la Chambre Nabih Berri.

Certaines sources indiquent également que Nabih Berri se serait déjà déclaré favorable au retour de l’ancien premier ministre Saad Hariri à la tête du Grand Sérail.

Suite à cette démission, le Président de la République devrait conduire des consultations obligatoires des parlementaires afin de désigner le prochain Premier Ministre. Il reviendra à ce dernier ensuite de composer une équipe gouvernementale. Ces dernières années, la constitution des gouvernements qui se sont succédés ont été à l’origine âpres négociations voire même d’importants chantages quant à la répartition des portefeuilles ministériels. Ces délais et ces obstacles ont ainsi mené à plusieurs mois de retard dans la mise en place des gouvernements, ce qui pourrait se révéler aujourd’hui très négatif vue la situation par laquelle le Pays des Cèdres passe aujourd’hui, en crise économique et même risques d’importants troubles sociaux ainsi que désormais la gestion de l’après 4 août 2020 et alors que la communauté internationale exige la mise en place de réformes rapides pour l’obtention d’une aide économique jugée non plus seulement nécessaire mais cruciale pour la survie même de nombreux libanais.

Déjà précédemment à l’explosion du port de Beyrouth, 50% de la population active libanaise se trouvait au chômage, plus de 65% de la population en totalité vivant également sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 6 dollars par jour.

L’explosion du port de Beyrouth, dont le coût pour le reconstruire est estimé à plusieurs milliards de dollars pourrait encore finir d’achever de nombreuses entreprises d’importation et d’exportation libanaises.

Pour l’heure, le ministère de la santé indique que 158 personnes sont décédées, plus de 60 personnes toujours portées disparues et plus de 6 000 personnes ont été blessées selon un bilan toujours provisoire dans l’explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et une grande partie de la capitale libanaise. 300 000 personnes seraient également sans logement des suites de cet explosion.

La piste d’une explosion accidentelle de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium saisis en 2014 à bord d’un navire poubelle, le Rhosus battant pavillon moldave, est pour le moment privilégiée par les autorités libanaises. Cette explosion équivaudrait à celle de 600 tonnes de TNT ou encore à un tremblement de terre de 3.3 sur l’échelle de Richter.
Elle aurait ainsi causé un cratère de 210 mètres de long sur 43 mètres de profondeur, indique le dimanche 9 août une source sécuritaire citant les propos d’experts français présents sur place.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.