Le journal Al Joumhouria annonce que des mesures similaires à un état d’urgence pourraient être prises lors du débat concernant la déclaration gouvernementale et le débat de confiance, prévus les 11 et 12 février prochains.

Cette annonce intervient alors que le Président de la République a convoqué le Conseil de Sécurité ce vendredi pour discuter des mesures à prendre.

Les autorités publiques entendraient ainsi prendre les devants face à un possible blocage des routes d’accès au Parlement par les manifestants. Ainsi, des mesures strictes comme le déploiement de l’Armée Libanaise, devenue zone militaire pourrait être décidées.

Pour rappel, les manifestants, dans la rue depuis le 17 octobre 2019, réclament le départ d’une classe politique qu’ils jugent être corrompue et d’avoir mené le pays des Cèdres à la quasi-faillite financière.

Déjà de nombreux incidents ont eu lieu entre forces de sécurité, sympathisants de partis politiques et plus particulièrement de celui d’Amal du Président de la Chambre des Députés Nabih Berri, et manifestants, au niveau du périmètre du Parlement, désormais entouré d’un véritable mur de blocs de ciments.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.