C’est en dépit des bombardements, la semaine dernière de la coalition internationale, que plusieurs centaines de réfugiés syriens présents dans la région de Hasbaya et de Chebaa, au Liban ont choisi de regagner leurs domiciles.

Selon l’Agence Nationale d’Information (ANI), 499 ressortissants syriens auraient ainsi regagné ce mercredi à 9h du matin, leur pays volontairement via la ville de Chébaa où des bus les attendaient pour les acheminer vers les localités de rapatriement. Ces réfugiés sont notamment originaires des localités de Beït Djine et de Mazraat Beït Djine, considérées comme pacifiées et non de la Ghouta Est, tout juste reprise aux rebelles, comme l’annonçaient précédemment les médias.

Pour rappel, la bataille de Beït Djine, du nom de la localité principalement sunnite dans une région mixte sunnite et druze, située entre Damas et le Golan a lieu de septembre à décembre 2017 et s’est achevée par la prise de la ville et de son maquis par l’Armée Syrienne et ses alliés du Hezbollah et de milices druzes alliées au régime syrien. Face à eux, se trouvait l’Armée Syrienne Libre et les mouvements salafistes Ahrar al Cham souhaitant créer un état islamique avec le régime de la Charia et Tahrir al-Cham, proche de l’organisation terroriste Al Qaida.

Ce retour intervient en coordination avec les autorités syriennes via le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) qui s’est assuré du caractère volontaire de ce rapatriement. La Sureté Générale Libanaise supervise ce transfert et s’assure des identités de ces personnes. Il serait aussi motivé par l’avancée des troupes gouvernementales qui ont dernièrement repris plusieurs bastions de l’opposition dans la Ghouta Est.

Le Liban héberge plus 1.8 millions de réfugiés syriens, a indiqué le Président de la République Libanaise, le Général Aoun, dans une interview diffusée la semaine dernière par la chaine TV5 et qui avait appelé au retour de ces derniers dans des zones sécurisées en Syrie. Ce chiffre est contradictoire avec ceux des agences de l’ONU qui évoquent moins d’un million de réfugiés syriens présents sur le territoire des Cèdres.