Liban/législatives: toujours pas d’accord sur une nouvelle loi électorale

De source médiatique, on indique que la réunion dite de la dernière chance en vue de trouver un accord entre les différents partis libanais pour l’organisation d’un nouveau découpage électoral pour les élections législatives qui s’est tenu ce dimanche à Ein Tineh, résidence du Président de la Chambre, Nabih Berry, a échoué.

Cette réunion s’est déroulée en présence du Président de la Chambre, Nabih Berry, du représentant du Premier Ministre Ahmad Hariri, du député des Forces Libanaises, George Adwan et du Ministre des finances, Ali Hassan Khalil. Cet échec est à déplorer en dépit d’importantes avancées mises en échec par les positions intransigeantes du Courant Patriotique Libre.

Le journal Al Joumhouria note ainsi que l’absence du Ministre des Affaires Etrangères Gébran Bassil, à la suite d’un conflit avec le Président de la Chambre, aurait ainsi contribué à cet échec. Selon le quotidien, Nabih Berry avait proposé de tenir les élections législatives sous une loi permettant une représentation propositionnelle et 6 subdivisions électorales avec la création d’un Sénat.

Pour rappel, le mandat du Parlement Libanais a expiré depuis 2014 et a été régulièrement renouvelé sous le prétexte que la situation sécuritaire empêchait toute tenue d’un nouveau scrutin. Les différents partis politiques présents restent en désaccord constants au sujet d’une nouvelle loi électorale qui devrait prendre en compte une répartition inégalitaire des différentes communautés religieuses libanaises. Le Président de la République, Michel Aoun, a suspendu, conformément à la Constitution l’institution afin de faciliter la conclusion d’un accord, chose qui semble aujourd’hui improbable. Faute d’un accord, le nouveau scrutin devrait se tenir sous la loi électorale contestée de 1960.

The following two tabs change content below.
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.