L’association « Lebanon Uprise » a, à nouveau, organisé un rassemblement devant l’ambassade de l’Union Européenne pour demander à la communauté internationale le retour des réfugiés palestiniens et syriens vers leurs pays d’origine, indique une dépêche de l’Agence Nationale d’Information (ANI).

Ainsi, dans une lettre adressée au représentant de l’Union Européenne au Liban Ralph Tarraf, les protestataires ont souligné « les graves dommages que cette implantation peut causer au Liban ».

En fait, avec environ deux millions de réfugiés, le Liban a la plus forte concentration de réfugiés au monde (40% de sa population), alors que les Libanais eux-mêmes ne sont plus en mesure de subvenir à leurs besoins
(…)
Au milieu de la grave crise économique au Liban, où le taux de chômage dépasse les 37% (…), le retour des réfugiés dans leur pays est devenu nécessaire.

Pour rappel, le Liban héberge 1 500 000 réfugiés syriens en raison de la guerre civile qui ravageait leur pays et un demi million de réfugiés palestiniens souvent présents depuis 1948, pour une population libanaise estimée à 4 millions de personnes, alors que le Pays des Cèdres traverse actuellement la plus grave crise économique de son histoire, avec un taux d’endettement qui atteint 150% de son PIB.

Hier déjà, une manifestation similaire avait été organisée alors qu’une contre manifestation avait également lieu, dénonçant « le racisme et la fierté de recevoir les réfugiés syriens ».

La question de la présence des réfugiés au Liban est à l’origine de plusieurs crises politiques déjà, notamment entre Courant Patriotique Libre, le Parti Démocratique Libanais et le Parti Socialiste Progressiste.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.