2 minutes à lire

Une nouvelle plainte a été déposée par les avocats Omar Al-Kush, Fadi Saad, Muhammad Ziyad Jaafil et Jihad Abu Amo auprès de la cour de justice de Beyrouth contre l’ancien ministre Michel Samaha.

Ils accusent Michel Samaha de blanchiment d’argent et d’avoir financé des opérations terroristes, citant, les articles 316 de la loi anti-blanchiment n ° 318 de 2002 et l’amendement de la anti-blanchiment n ° 445/205.

Pour rappel, Michel Samaha avait été condamné en 2016 à 13 ans de prison après avoir été arrêté par les forces de sécurité libanaises à son domicile de Khenshara L’arrestation avait été effectuée à la demande du Procureur général suite aux informations fournies par son chauffeur par ailleurs informateur des FSI. Des explosifs et une somme importante d’argent avaient alors été découverts.

Les explosifs devaient être placés dans plusieurs endroits, notamment le Nord Liban et viser différentes personnalités religieuses et politiques principalement sunnites. Les services de renseignements des Forces de Sécurité Intérieure avaient dévoilé que Samaha avait transporté à bord de sa voiture 24 charges explosives à la demande du chef des services de renseignement syriens, Ali Mamlouk. 

Michel Samaha, par l’intermédiaire de ses avocats avait fait appel suite à un premier jugement du Tribunal Militaire en février 2013 pour lequel il avait été condamné à 4 ans et demi de prison. Un premier jugement de la cour de justice lui avait permis de participer libre aux audiences, provoquant au passage une vive réaction du Ministre actuel de la Justice, Ashraf Rifi qui avait même décidé de démissionner, accusant le Hezbollah d’être à l’origine de cette décision, avant de revenir sur sa décision.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français