Très peu de Libanais ont appris au début de la belle saison, de sources médiatiques, qu’un port phénicien a été découvert dans la région de Minet-el-Hosn au centre-ville de Beyrouth, dans le terrain 1398, situé derrière l’Hôtel Monroe. De telles informations dans notre cher pays des cèdres passent – si elles sont toutefois divulguées – quasi inaperçues, et ceci pour plusieurs raisons : citons entre autres l’absence d’intérêt aux nouvelles d’ordre culturel, historique et archéologique, de la part du public comme des médias, et notamment, depuis la genèse de la catastrophe nommée Solidère et consort, raz-de-marée progressif et ravageur faisant écho au tsunami (naturel) destructeur de 552.

Il est quand même passionnant de savoir qu’il existe encore des spécialistes qui entreprennent des fouilles et qui déterrent des trésors archéologiques dans ce minuscule pays, à une époque où le patrimoine est incessamment enterré par la décadence et la nescience. Cependant, l’histoire au Liban nous a habitués à ce que les réjouissances suscitées par de tels évènements soient promptement étouffés par les « briseurs de rêves » déterministes et mercenaires.

En effet, une agence immobilière dénommée « Venus Real Estate Development Co. » souhaite ériger trois grandes tours sur le terrain 1398, projet qui s’étendrait sur 7510 m², et dont les frais s’élèvent à 500 millions de dollars américains(1). Bref, un projet titanesque dans lequel un nombre ridicule de Libanais serait à même de se payer un appartement (dont la surface varierait entre 250 et 650 m² en plein cœur de la capitale où les prix sont inimaginables).

Depuis plus de cinq mois, une équipe de la DGA, dirigée par l’expert Hicham Sayegh, suite à des fouilles dans la région, a effectué moult découvertes archéologiques considérables dans la capitale, dont deux canaux parallèles creusés dans le roc, qui font partie du port Phénicien du Vème siècle av. J.C., d’où le nom de Minet el Hosn (Port du Krak, de la forteresse). Il est judicieux de préciser qu’une telle découverte met l’accent sur le rôle phare du port de Beyrouth durant l’ère phénicienne et romaine.

Cependant, les archéologues ne sont pas tous d’accord sur la datation de ce site. Selon les quotidiens libanais An-Nahar(2) et Al-Akhbar(3), la majorité atteste l’hypothèse avancée par Sayegh, dont Martine Francis-Allouch, archéologue terrestre et sous-marine, Eric Gottwalles, spécialiste en archéologie marine, Janine Abdelmassih, archéologue et conservatrice, Anis Chaaya, chercheur en archéologie médiévale, et une archéologue de l’université roumaine de Jasi. La conservatrice du musée archéologique de l’AUB, Leila Badr, affirme ne pas avoir vu ce port, mais indique qu’il est toujours interdit au public ainsi qu’aux archéologues de visiter tout site découvert au Centre-ville de Beyrouth. Le principal archéologue qui réfuterait l’hypothèse de Sayegh est Hans Corverz(4), connu dans les sphères archéologiques pour sa « loyauté » aux entrepreneurs de Venus Real Estate, ainsi que Solidère et consort. Petite piqûre de rappel, Hans Corverz est conseiller chez Solidère, et a dirigé une centaine de fouilles qui n’ont été ni préservées, ni archivées, ni publiées.

Venus Real Estate s’appuie sur le constat de Corverz pour dépouiller son terrain de toute valeur historique et archéologique, afin de poursuivre son chantier promoteur de la civilisation du béton. Le député et chef du PSP Walid Joumblatt avait indiqué, suite aux rapports de Venus Real Estate, que ces déclarations sont futiles et qu’ils (VRE) seraient prêts à tout et n’importe quoi pour avoir la main sur quelques mètres carrés de plus.

Sur le plan politique, Salim Wardé, alors ministre de la Culture, avait classé une partie de ce terrain sur la Liste Officielle Libanaise des Monuments Classés et Inscrits Monuments Historiques et Sites, et déclaré le 4 avril dernier qu’il est interdit d’effectuer tout chantier ou travaux sur ce terrain sans l’accord de la DGA qui y est tenue de contrôler tout  projet, ainsi que les matériaux utilisés pour la construction. Cependant, profitant de la période transitoire avec le changement gouvernemental, et dès l’avènement de Gaby Layoun à la tête du ministère de la Culture, Venus Real Estate a dépêché un document à Layoun proposant le déplacement de la totalité des blocs de pierres formant le port phénicien afin de les mettre dans les jardins du futur projet, précisant que ces blocs devraient être coupés afin d’atteindre un poids variant entre 5 et 8 tonnes pour faciliter leur transfert vers les espaces verts du projet. Ils proposent même d’organiser une cérémonie parrainée par le ministre de la Culture au cours de laquelle il mettrait l’accent sur « l’importance historique » de ces (débris de) pierres … coupées.

Récemment, la banque Al Mawarid (5), a annoncé avoir conclu un accord de syndication avec quatre banques libanaises afin de financer l’agence immobilière Venus Real Estate. Dans le cadre d’une cérémonie tenue à l’Hotel 4 Seasons à Beyrouth le 26 octobre, la banque Al-Mawarid, Jammal Trust Bank,  la Banque Libano-Suisse, la Fenicia Bank et la First National Bank, ont consenti un prêt de 28,000,000 de dollars américains à la VRE, estimant qu’une telle initiative aurait pour but de promouvoir le secteur financier au Liban, et solliciterait d’avantage d’entreprises et d’investisseurs à participer activement à la croissance économique du pays. Vive l’économie et les carnages culturels si les choses seraient ainsi …

A l’heure actuelle, le ministre Layoun a démenti les propos diffusés par certains médias affirmant qu’il aurait donné son aval sur le projet suggéré par Venus Real Estate,  et a indiqué qu’un comité formé des experts Albert Naccach, Samir Chami, et Hassân Sarkis, devrait prochainement se prononcer sur la datation du site en question.

Dans l’espoir que ce premier port phénicien découvert à Beyrouth ne subisse par le sort des centaines de découvertes archéologiques détruites par les bulldozers ou enfouies à jamais sous des tonnes de bétons pour l’édification par Solidère et consort de centres commerciaux et de tours résidentielles hors de prix qui seront tous achetés et habités par des groupes ou particuliers étrangers notamment du pays du Golfe, nous ne pouvons que lancer un appel pour la sensibilisation des Libanais et Libanaises pour la sauvegarde de leur patrimoine historique et culturel gravement en péril, et les susciter à développer leur mémoire connue pour être excessivement courte afin de suivre toute affaire de ce genre et d’exiger de leurs représentants au sein de l’Etat des comptes et des rapports scientifiques et précis, ce qui limiterait en partie, les atrocités, le vandalisme et les crimes contre leur patrimoine national.

Par Marie-Josée Rizkallah

Libnanews

  1. Selon le site de l’agence immobilière Venus Real Estate.
  2. An-Nahar, article du 8 avril 2011.
  3. Al-Akhbar, article du 21 octobre 2011.
  4. Sur Corvers, voir Al-Akhbar, article repris sur le site Kataeb.org, le 6 mai 2011.
  5. Selon un communiqué de presse publié par ASDA’A Public Relations.

 

 

 

Article précédentEgypte/Les Frères Musulmans égyptiens à l’épreuve de la révolution 3/3
Article suivantLa pollution de l’Air Au Liban
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/

35 COMMENTAIRES

  1. il faut absolument lutter pr sauvegarder notre patrimoine historique et culturelle du fait qu ils st entrain de falcifier notre histoire comtenporain

  2. C’est un véritable crime contre l’humanité , le patrimoine, et la nation Libanaise ,j’ai visité ce merveilleux pays avant et après la guerre dont il a été victime et maintenant on voudrait éradiquer ses racines au nom du veau d’or !!!!!! 

  3. Ajout: Suite à la prise de contact de représentants de la société
    Venus Real Estate, Libnanews reste en attente des précisions que
    souhaite apporter les promoteurs du lot 1398 au centre ville de Beyrouth
    et qui feront l’objet d’une prochaine mis-à-jour du la situation.

  4. Encore une fois, dans ma position comme témoin à l’histoire de ces trouvailles
    et du projet, je tiens à insister sur le fait que la plupart de ce que vous
    avez mentionné concernant cette question repose sur des spéculations et
    informations falsifiées et ne concernent pas la vérité en aucune façon.

    Je me retient de répondre à vos insinuations concernant notre projet, en
    particulier quand vous traitez les développeurs au Liban comme « mercenaires »
    et « briseurs de rêves », mais en face des attaques intenses par
    certains opportunistes  essayant de faire un scoop de presse en
    présentant des preuves falsifier, je crois que ce n’est que légitime de
    clarifier au public la situation réelle.

    Je vous demande amicalement de réviser l’histoire des personnes impliquées
    dans cette campagne dans les médias et leurs méthodes contraires à l’éthique pour
    acquérir une renommée, avant de vous impliquez vous-même dans une situation
    inconfortable fondée sur des raisons falsifiées et inventés, réelles  uniquement dans les yeux et l’esprit de ceux
    qui les ont lancées.

    Je m’
    excuse pour l’intrusion de votre vie privée, mais face à ces nombreuses
    attaques sans fondement à un projet considéré comme le plus grand développement
    dans le quartier central de Beyrouth et sa possibilité de relancer l’économie
    du pays, je crois qu’en créant un gros problème à partir de rien endommagera
    principalement l’économie libanaise plutôt que d’enrichir la valeur des trouvailles,
    surtout lorsqu’elles ont été classées, par des archéologues reconnus
    internationalement,   comme les restes
    d’une carrière de rocher utilisé pour la construction du grand mur qui a
    entouré la capitale

    • c’est Vrai que construire un nouveau ghetto de riches va bcp contribuer à relancer l’économie.
      mais je n’attends pas moins pour qqun qui travaille pour une compagnie qui a privatisé le centre Beyrouth à l’issue d’années de vols et de corruption, et qui va bientôt terminer d’enterrer le Beyrouth de nos rêves, oui monsieur vous êtes un mercenaire.

  5. Les ong ne peuvent pas avec la politique du surendettement annexer notre territoire libanais.
    Si un projet americain decide de continuer Solidere et d’en terminer avec l’histoire archeologique, bien sur que l’on perdra du patrimoine, mais Rome, et son imperialisme architectural existe toujours dans notre paysage historique.
    La Phenicie que beaucoup veulent restaurer comme Pays des origines n’a rien a voir avec l’histoire des invasions.
    Solidere est, pour les geographes, une fuite de l’histoire, et une cassure dans notre paysage urbain.

  6. Why am not surprised?!
    Nothing has been done to guard our rich heritage whether archeological or natural.
    Unfortunately this will not be the last and they will always surprise us with their ignorance.
    Hope something can be done before it is too late as it always is
    Naila Kaidbey PhD
    AUB – History Dept

  7. L’Etat qui ne respecte pas le patrimoine culturel qui appartient au Peuple, à la Nation;   est condamné à sacraliser la corruption et la médiocrité comme étant un mode de gouverner  et un idéal à défendre.C’est catastrophique 

  8. Suite
    à la publication de notre article concernant les menaces pesant à
    l’encontre du port phénicien découvert à Beyrouth, l’association Protect
    Lebanese Heritage a entamé une procédure de pétition pour la sauvegarde
    de cet artefact unique de la présence phénicienne dans la capitale
    libanaise. Vous pouvez la signer à l’adresse suivante…
    http://www.petitions24.com/protect_the_phoenician_port_on_beirut_plot_1398

    Nous informerons régulièrement du suivi de l’affaire du Port Phénicien de Beyrouth

  9. A Nagi et RBG,
    Il n’est ni question de
    politique ni de chauvinisme, il est question d’un patrimoine en péril,
    un patrimoine qu’on s’acharne à détruire, et qui ne nous appartient pas
    seulement a nous, mais à l’humanité, au monde entier.
    Qui sommes nous
    pour venir effacer d’un coup de machine ce que la vie a pu préserver
    depuis des millénaires ? Et en plus, cette découverte vient répondre à
    des questions restées longtemps sans réponses sur le plan historique
    concernant l’activité des phéniciens à Beryte.

    Ceux qui perçoivent ce
    problème d’un point de vue politique n’ont rien compris !
    Ceux qui
    parlent encore de politique dans ce fichu pays n’ont rien compris et ne
    comprendront jamais plus rien !
    A la base, y a-t-il de la politique dans
    ce pays ? Il n’y a qu’une bande d’ignares mercantiles et arrivistes, et
    c’est le cas de tous parce que même ceux qui ne le sont pas ou qui
    prétendent ne pas l’être, sont tout aussi criminels que les autres parce
    qu’ils passent l’éponge sur la corruption dévastatrice dans ce pays.
    L’essentiel c’est de mettre un terme à ce carnage culturel en informant le plus
    de personnes possibles, et en se mobilisant concrètement pour mettre un
    terme à ce crime.

  10. If
    this is true and no media manipulation behind it, then one more Medal
    of Altruism and Patriotism and Transparency to add on Solidere’s and
    Beirut Municipality’s honorable chest… euh treasure hunt greedy chest! Aren’t they going to explode one day from greed overdose??? That would be the Day!

  11. vous oubliez que solidere est le terrain de nombreuses fouilles et enterrements illegaux de sites archeologiques. et solidere c’est hariri. il est tres difficile de contrer un projet de 500 000 000$ …de telles gens sont capables de tout et tout ministre qui s’oppose a leurs projets n’est pas dans une situation enviable. c’est deja qqch que le ministre actuel mette ce projet ‘sous etude’. esperons que le gouvernement et le peuple le soutiennent car ces promoteurs ne rigolent pas.

    • Je vous remercie, et l’essentiel c’est de pouvoir, dans la limite de notre possible, mettre un terme a ce cyclone ravageant non seulement notre patrimoine, mais celui de l’humanité !

  12. bravo pour les ministres du FPM , c’est ca le changement et la réforme…. ou sont les grenouilles et les corbeaux de Michel Aoun, ou ils savent juste gueler quand ca ne les convient pas???? 

Comments are closed.