3 minutes à lire

C’est dans un bien triste contexte que le Liban célèbre cette année les cent ans de sa création, un anniversaire éclipsé par une crise sociale, politique et financière sans précédent, aggravée par la la double explosion meurtrière du 4 août dernier qui a ravagé Beyrouth et ébranlé le pays.

Ce festival, qui avait a priori toutes les bonnes raisons de se voir reporter à une date ultérieure, aura finalement lieu comme prévu, porté par la résistance, la détermination et la conviction que la reconstruction passe aussi par la culture. Plus que jamais, le pays du cèdre a besoin de ses rêveurs et de ses artistes pour imaginer le Liban de demain.

Cette année, Paris accueille donc la première édition du Festival du Film Libanais de France, du 7 au 11 octobre, un festival dédié à la création cinématographique libanaise, où les talents émergents ont une place prépondérante.

Reflet d’une société plurielle et multiconfessionnelle, le cinéma libanais ne cesse de surprendre par sa diversité, son ambition et son regard critique. Ouverture, indépendance, liberté, audace, ce sont autant de valeurs qui constituent les fondements mêmes du FFLF, parrainé pour sa première édition par le cinéaste franco-libanais Philippe Aractingi.

Au programme : projections débats, compétition de courts métrages, table ronde, Master Class, rencontres…

Programme prévisionnel

Mercredi 7 octobre
20h
Soirée d’ouverture à l’Institut du monde arabe. Séance spéciale, suivie d’un cocktail d’ouverture.

Vendredi 9 octobre
20h
Nocturne in Black de Jimmy Keyrouz, fiction, 2016 (23’), court-métrage hors compétition 20h30 Projection courts-métrages en compétition, partie I

Samedi 10 octobre
11h
All This Victory de Ahmad Ghossein, fiction, 2019, (93’), séance en partenariat avec l’IMA

**Focus Beyrouth**
13h15 Beyrouth, jamais plus de Jocelyne Saab, documentaire, 1976 (38’)
14h Beirut Terminus de Elie Kamal, documentaire, 2019 (70’)
15h15 Table ronde avec Elie Kamal et Elie Yazbek
16h30 Go Home, Jihane Chouaib, fiction, 2016 (98’), suivie un échange avec la réalisatrice 18h30 Master Class Philippe Aractingi
20h30 Listen (« Ismaii ») de Philippe Aractingi, fiction, 2017 (104’) suivi d’un échange avec le réalisateur

Dimanche 11 octobre
14h
The Beach House (« Beit el-Baher ») de Roy Dib, fiction, 2018 (75’)
15h30 Allo Chérie, fiction, 2015 (23’) suivi de Blackjack, fiction, 2019 (11’40), courts-métrages hors compétition de Danielle Arbid, extrait de la série “Ma Famille Libanaise”
16h15 – Master Class Danielle Arbid
17h30 Projection courts-métrages en compétition partie II suivi de la remise des prix et de la clôture du festival

Une compétition de courts-métrages

Le festival accueille une compétition de courts-métrages fictions et documentaires, avec trois prix à remporter :

Pour l’édition 2020 le FFLF n’a pas reçu de courts-métrages documentaires

Jury 2020

Le jury 2020 est constitué de Christine Choueiri (actrice), Rodrigue Sleiman (acteur), Myriam Sassine (productrice), Andrée Nacouzi (actrice), Elie Yazbek (auteur) ainsi que Serge Akl (Fondateur du projet “A 35 mm de Beyrouth”).

Informations pratiques

Accès

Ouverture le 7 octobre à l’Institut du monde arabe, 1 Rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris. Séances du 9, 10 et 11 octobre au cinéma Le Lincoln, 14 Rue Lincoln, 75008 Paris.

Billeterie

Les séances sont au tarif unique de 8€.
Un pass de 6 séances sera également en vente au prix de 36,90€.

1€ de chaque billet acheté sera reversé à la Croix-Rouge française en soutien aux victimes de la double explosion à Beyrouth du 4 août 2020.

Les inscriptions pour la soirée d’ouverture à l’Institut du monde arabe ouvriront en septembre. Toutes les informations seront mises à jour sur la page Facebook de l’évènement.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.