La grotte aux Pigeons de Beyrouth. Crédit Photo: Francois el Bacha pour Libnanews.com. Tous droits réservés.
La grotte aux Pigeons de Beyrouth. Crédit Photo: Francois el Bacha pour Libnanews.com. Tous droits réservés.
Moins d'une minute de lecture

Quand l’ange de la mort ôtera nos âmes, certains choisiront de faire disperser leurs cendres sous le pont des soupirs à Venise, ou du haut  de la tour de Pise, ou dans la Seine, ou la Tamise..;

Concernant mes cendres, mes amis, vous attendrez le crépuscule du soir pour les épandre face au rocher aux Pigeons de Raouché à Beyrouth pour qu’elles retrouvent la fragrance d’un grand amour perdu et le parfum iodé de mon enfance, avant d’aller se reposer plus loin, au fond du port, là où mon âme est morte de chagrin, un certain 4 août 2020 lors de la destruction programmée de Beyrouth par des bandits, des vauriens, des crapules, des gueux et des pendards déguisés en politiciens et en hommes de foi élus par un peuple atteint du syndrome de Stockholm et enchevêtré dans les mailles d’un filet qu’il a lui-même cousu en élisant des mafieux.

Mais Beyrouth, mon amour, ma fiancée de toujours, tu ne mourras jamais, tu te lèveras tôt ou tard pour redevenir la mi-fée mi-déesse que tu as été! 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.