Le premier ministre désigné Saad Hariri devrait se rendre prochainement auprès du chef de l’état pour lui communiquer une liste de personnalités ministrables sans toutefois répondre aux attentes de ce dernier notamment sur le plan des ministres chrétiens, ce qui devrait amener le Président de la République, le général Aoun à refuser sa composition. Pour rappel, si les ministres chiites ou druzes seraient choisis par leurs partis respectifs, Saad Hariri souhaiterait nommer lui-même les ministres chrétiens, entamant ainsi un bras-de-fer avec le chef de l’état.

Cette information intervient alors que le Président de la République souhaiterait obtenir le départ du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé qui est un proche de Saad Hariri. Celui-ci est fortement critiqué sur le plan interne mais aussi par la communauté internationale, après qu’il ait réussi à mettre en échec la procédure d’audit juricomptable de la Banque Centrale par le cabinet Alvarez & Marsal qui a décidé de se retirer.

Saad Hariri souhaiterait ainsi faire accuser la présidence de la république de l’impasse actuelle alors que se déroule aujourd’hui une conférence d’aide humanitaire au Liban alors que les réserves monétaires disponibles de la Banque du Liban commencent à être en voie d’épuisement comme le montre aujourd’hui la décision du ministère de l’énergie d’augmenter les tarifs des carburants.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.