Après la succursale de la Byblos Bank de Ghazileh à Saïda et celle de la BLOM BANK de Tarek Jadideh à Beyrouth, deux agences de la Lebanon & Gulf Bank situées à Hamra et Ramlet al-Bayda feraient l’objet d’une prise d’otage par des déposants en colère qui réclament leurs fonds gelés illégalement depuis l’instauration d’un contrôle informel des capitaux, en novembre 2019. Celui-ci serait armé.

Certains déposants, en colère suite au refus des établissements à leurs accorder les fonds nécessaires et réclamés par eux notamment pour des questions de vie ou de morts comme dans le cas de Sali Hafiz et de sa soeur atteinte d’un cancer, tentent ainsi de récupérer leur épargne alors que les procédures judiciaires menées par les associations et les déposants contre les établissements bancaires et pourtant gagnés par eux sont bloquées faute d’être généralement appliqués sur le terrain suite aux pressions de l’ABL qui menaçait même à recourir à la grève totale.

Côté ABL, on annonce d’ailleurs qu’une réunion urgente de ses membres devrait intervenir dès que possible. Des sources indiquent que l’association des Banques du Liban pourrait décider de la fermeture totale des établissements dès la semaine prochaine, sans donner par ailleurs un délai de réouverture. Les banques réclameraient aussi des garanties de sécurité face aux activistes qui réclament la libération de leurs fonds.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.