3 minutes à lire

Une enquête pour corruption ouverte par les autorités du Kurdistan Irakien. Le Procureur local Masrour Barzani a ainsi ouvert des investigations concernant le transfert d’un milliard de dollars versés sur le compte de la société IMMS hébergé par la Bank Med, indique le site Intelligence Online. 

Selon le site, il s’agirait d’une vendetta personnelle entre membres rivaux de la famille Barzani. L’enquête se focalisera sur les liens entre la Bank Med et IMMS, une compagnie de trading pétrolier appartenant à un ressortissant pakistanais Murtaza Lakhani et qui détiendrait un quasi-monopole des exportations de pétrole brut du Kurdistan irakien. 

Ce monopole aurait été obtenu alors que le Président actuel Nerchivan Barzani était premier ministre. La Bank Med aurait alors agi comme banque intermédiaire. 

L’affaire a été révélée au grand jour quand l’établissement financier a refusé le transfert de ce montant en novembre dernier. IMMS aurait alors déposé une plainte devant une cour de justice américain avant qu’un règlement à l’amiable soit conclu

Lire également

Cependant, une série de mails rendue accessible au site Intelligence Online, indique que Raymond Rahmé, dirigeant du ZR Group, une entreprise déjà accusée d’être impliquée au Liban dans le scandale de la vente de fioul frelaté, aurait été impliqué dans cette relation à 3. Proche de Barzani, Raymond Rahmé serait accusé d’être lié à un autre scandale, celui de Korek Telecom appartenant en partie à la famille Barzani.

Raymond Rahmé et son frère Teddy auraient également acquis une participation minoritaire au sein de la Bank Med l’année dernière, note le site d’information. 

Ainsi, les sommes qui auraient permis à Raymond Rahmé d’acheter une part minoritaire de la Bank Med seraient d’origine frauduleuse. Une procédure d’audit lancée par Iraq Telecom, une filiale commune des entreprises françaises Orange et koweitiennes Agility, également actionnaire au sein de Korek aurait montré que des détournements de fonds auraient été effectués. Iraq Telecom accuse Raymond Rahmé d’avoir aidé Sirwan Barzani, PDG de Korek, à mettre en place un système de paiements parallèles afin de siphonner l’argent de l’entreprise.

Une plainte a même été portée devant une cour de justice à New York, il y a 2 semaines. La justice américaine a ordonné la banque libanaise IBL de lever le secret bancaire dans le cadre de cette enquête et à fournir les informations nécessaires. 

Certaines informations, citées par le site Intelligence Online, laissent penser que ces sommes ont servi à acheter la participation minoritaire des frères Rahmé au sein de la Bank Med. 

Toujours selon Intelligence Online, bénéficiant de nombreux soutiens dont certains soutiens politiques, le site citant le nom de Samir Geagea lui-même, les autorités libanaises n’ont, pour l’heure, pas accéléré les procédures d’enquête au Pays des Cèdres même. 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.