Alors que les manifestations entrent dans leur 34ème jour, journée cruciale en raison d’un appel à bloquer les routes du centre ville suite à un projet de loi controversée d’amnistie des délits et crimes financiers, le président de la République Michel Aoun a estimé que le nouveau gouvernement devrait être composé de « politiciens, experts et représentants du Mouvement » lors d’une réunion avec le coordinateur spécial des Nations Unies pour le Liban, Jan Kubis, au palais de Baabda.

Aoun a déclaré: « Les consultations parlementaires n’ont pas encore eu lieu, car nous devons d’abord éliminer les obstacles auxquels se heurte la formation du gouvernement et faciliter la tâche du premier ministre désigné. »

Le président de la république a déclaré au représentant Onusien qu’il « fixera une date pour les consultations dès qu’il aura achevé ses consultations avec les dirigeants politiques chargés de former le gouvernement ».

Pour rappel, le Liban est sans gouvernement depuis la démission du gouvernement Hariri III, le 29 octobre dernier. Cette démission intervenait alors que d’importantes manifestations ont lieu depuis la nuit du 17 au 18 octobre au Liban. Les protestataires demandent le retrait de la classe politique qu’ils considèrent comme corrompue et coupable d’avoir mené le Liban à la quasi-faillite financière.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

1 COMMENTAIRE

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.