Suite à l’annonce d’une grève ouverte à partir de ce lundi 8 août par l’Association des Banques du Liban suite à l’arrestation de Tarek Khalifé lundi dernier à son arrivée au Liban et en dépit de sa libération mercredi compris caution de 1,8 milliards de livres libanaises et aux diverses procédures lancées contre eux devant la justice pour fraude, détournement de fonds mais également suite à l’instauration d’un contrôle informel des capitaux en novembre 2019, les associations de déposant mais également celle des parents d’étudiants libanais à l’étranger annoncent soutenir la justice face à ce qu’ils considèrent être le chantage des banques.

Si l’association des banques du Liban indique maintenir le mouvement de grève générale, les associations des déposants ne sont pas en reste, l’appelant la justice à poursuivre les procédures en cours et dénonçant l’attitude des patrons des banques locales et appellent à soutenir les juges face aux banques.

L’association des parents d’étudiants libanais à l’étranger ont ainsi dénoncer le non-respect par les banques des textes de loi instaurant l’obligation de permettre le transfert de jusqu’à 10 000 $ à l’étranger et appelée dollar étudiant afin de payer les études de leurs enfants dans une déclaration publiée ce samedi à l’issue de leur réunion. Pour rappel, des procédures judiciaires sont en cours après que certains établissements comme la Fransabank ont refusé de permettre le transfert de sommes entrant le cadre des textes relatifs au dollar étudiant.

Chaque jour, les Libanais sont certains que leur argent a été volé par les banques et que leur économie a été systématiquement et délibérément détruite, que l’avenir de leur jeunesse et de leurs étudiants a été liquidé par les ordres directs de l’alliance de l’autorité corrompue et du gang de l’Association des banques, qui était et est toujours le premier et le plus important exécutif outil de destruction des fondements économiques du Liban, qui a été le premier à conspirer pour mettre le Liban à genoux et briser la volonté de son peuple, en faisant passer l’argent des déposants sur des comptes à l’étranger appartenant à des propriétaires de banques“, souligne le communiqué. Ils accusent par conséquent les dirigeants des banques de détournements de fonds.

L’association rejette par ailleurs pour le projet visant à imposer une décote ou haircut au dépôt des clients, appelant l’État mais également les banques assumer leurs responsabilités dans la crise que traverse actuellement le pays des cèdres, une crise considérée comme parmi l’une des 3 pires crises économiques depuis la moitié du XIXème siècle par les auteurs d’un rapport de la Banque Mondiale. Ces associations soulignent que les banques continuent ne pas respecter les circulaires 193 et 283 ainsi que les textes liés au code de l’argent et du crédit de la Banque du Liban. Elle se déclare ainsi ne pas être surprise par l’annonce de grève générale de l’association des banques du Liban suite à l’arrestation d’un des dirigeants des établissements financiers locaux.

“L’Association libanaise des parents d’étudiants des universités étrangères appelle tous les secteurs de la société libanaise qui ont persévéré et affronté les pires ennemis, à organiser la plus grande campagne pour exiger du reste de la magistrature qu’elle agisse immédiatement”, note les auteurs du communiqué, jusqu’à ce que les responsabilités soient identifiées et que le reste des sommes encore existantes soient localisée.

Ces propos font écho à ceux de différentes associations des déposants qui se sont réunis ce matin. L’association “Notre argent est à nous” a aussi publié un nouveau communiqué en soutien aux juges qui enquêtent actuellement sur les fraude commise par les établissements bancaires, et accuse de l’association on est banque du Liban de mentir.

“Si le corps judiciaire au Liban jouait son rôle et faisait ce qu’il doit faire au Liban, les prisons libanaises auraient été pleines de gens comme vous, les propriétaires de vos banques, les présidents de leurs conseils d’administration, leurs principaux investisseurs et leurs responsables”, poursuit cette association.

L’association “Notre argent est à nous” dénonce également les atteinte à la dignité des déposants, en réponse au communiqué de l’ABL qui avait annoncé la tenue d’une grève générale suite à l’arrestation d’un de ses membres considérant qu’il s’agissait là d’une atteinte à leur dignité.. “Il est étrange que vous parliez encore d’une situation financière saine et de relations financières internationales à travers votre système“, note le communiqué.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.