Moins d'une minute de lecture

Alors que les manifestations entrent dans leur 58ème jour, une bagarre a eu lieu au siège de l’entreprise de télécommunication publique OGERO dont le siège situé à Bir Hassan a été envahi par les protestataires.

Scandant des slogans hostiles au directeur général de l’entreprise, Imad Kreidieh, les manifestants se sont ensuite heurtés aux gardes en charge de la sécurité du bâtiment.

Le responsable média de l’institution, Karim Al-Rifai, a indiqué, dans une dépêche de l’Agence Nationale d’Information, regretter cet incident, indiquant que des employés de la compagnie auraient été blessés et envisageraient de porter plainte.

Selon la dépêche, le directeur d’Ogero a demandé d’ouvrir une enquête interne pour savoir ce qui s’est passé, en plus de l’enquête confiée la justice libanaise. Il souligne également que les fonctionnaires de cette institution servent le peuple libanais.

Ogero fait actuellement face à certaines critiques de la part des manifestants en raison de soupçons de dilapidation des fonds publics et des retards pris dans la mise en place de la fibre optique notamment.

Pour rappel, les manifestations ont débuté dans la nuit du 17 au 18 octobre. Les protestataires dénoncent une classe politique et les hauts fonctionnaires accusés de corruption et d’avoir mené le Pays des Cèdres à la quasi-faillite financière.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.