Coronavirus: le vaccin Pfizer au Liban en février

134

Le ministre sortant de la Santé Hamad Hassan a indiqué que le vaccin Pfizer BioNTech arrivera au Liban, mi-février.

Selon le Ministre, les 9 derniers jours de confinement n’ont pas réussi à réduire le nombre de contamination qui atteint 15% des examens passés. Le bilan réel du confinement sera cependant plus lisible d’ici 2 semaines, indique le ministre qui précise par ailleurs que les opérations visant à augmenter les capacités en nombre de lits de soin intensif se poursuivent tant au sein des hôpitaux publics que privés.

Hamad Hassan, sur les ondes de la télévision Al Jadeed, indique que cette mesure de confinement a été indirectement induite par le non-respect des mesures de distanciation par certains secteurs d’activité et une partie de la population.

Par ailleurs, des personnes arrivées récemment au Liban à Baalbek-Hermel, dans le Akkar et au sein de la municipalité de Ghobeiry seraient à l’origine de nombreuses infections sur place. Il rappelle aux voyageurs en provenance de l’étranger qu’ils doivent se placer sous quarantaine durant au moins 10 jours même en cas de test PCR négatif, les symptômes prenant de 4 à 7 jours à se déclarer.

Aussi des tests rapides antigéniques seront mis en place. Ces derniers pourront donner un résultat en 15 minutes et déterminer s’il s’agit du coronavirus Covid-19 ou de la grippe.

Le vaccin Pfizer BioNTech en février au Liban

Le Liban devrait recevoir mi-février le fameux vaccin Pfizer BioNTech dont le taux de fiabilité annoncé est de 95% désormais. Le ministre confirme donc l’annonce qu’il avait déjà effectué à ce sujet, ayant indiqué que le pays des cèdres serait l’un des premiers pays disposant des vaccins.

Le Liban aurait ainsi entamé rapidement des négociations en vue de garantir son accès à ce vaccin et cela à un prix compétitif.

Un comité sera également mis en place pour accompagner l’expédition et la livraison du vaccin au Liban en raison des conditions particulières posées à sa conservation à -70 degrés. Pour l’heure, ce vaccin sera accordé en priorité aux personnes âgées de plus de 60 ans et/ou souffrant de maladies chroniques.

Le financement de ce programme de vaccination ne devrait pas causer de soucis, indique Hamad Hassan, notant qu’il se fera via un prêt de la Banque Mondiale.

Au total 15% de la population devrait ainsi bénéficier du vaccin Pfizer et 20% via kovacs.

Par ailleurs, des négociations seront menées avec l’entreprise pharmaceutique Moderna en vue d’obtenir son vaccin.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.