Capture d’écran 2015-08-25 à 15.19.55

Le Conseil des Ministres s’est exceptionnellement réuni ce matin pour discuter des résultats de l’appel d’offre qui s’est déroulé hier après-midi et qui a inauguré une nouvelle polémique quant aux prix demandés pour la passation de ce marché par les entreprises participantes. Selon les informations préliminaires, l’appel d’offre a été annulé par le conseil des ministres qui rechercherait également des lieux de décharge des déchets temporaires. Seraient considérés comme emplacements possibles, la région nord du Akkar et la partie nord de la Békaa. Le cabinet aurait ainsi décidé d’investir la somme de 100 millions de dollars en vue d’aménager une décharge provisoire dans le Akkar pour une durée de 3 années.

Ce conseil des ministres a été marqué sur le fond d’une crise politique engendrée par le retrait des ministres du CPL, du Tachnak et du Hezbollah qui entendaient dénoncer l’absence d’un consensus politique.

Un appel d’offre dénoncé même avant le conseil des ministres et désormais annulé

De nombreuses personnalités dont le président de la chambre Nabih Berry et le député druze Walid Joumblatt ont dénoncé les résultats de l’appel d’offre public pour le ramassage des ordures des 6 régions libanaises avant même la tenue du conseil des ministres.

Le Président de la Chambre a appelé à la réévaluation ou l’annulation des résultats de l’appel d’offre publiés aujourd’hui par le comité interministériel en charge de la résolution de la crise des ordures et cela en raison des prix élevés des contrats proposés.

De son côté, décrivant l’appel d’offre « comme un énorme scandale » en raison des sommes astronomiques demandées par les candidats, le député druze Walid Joumblatt a démenti toute implication ou tout partenariat avec les entreprises candidates.

Ces propos font également échos aux déclarations du ministre de l’éducation, par ailleurs membre du comité interministériel en charge du dossier des ordures, qui a estimé ce lundi soir ne pas vouloir être complice dans l’approbation de la passation d’un marché en l’encontre des intérêts des fonds publics et suite aux pressions de certains intérêts bénéficiant de ces accords.

Devant les protestations tant des personnalités politiques que de la société civile, le Mouvement YouStink ayant également dénoncé les sommes importantes demandées par les entreprises, le Conseil des Ministres a décidé de l’Annulation de l’appel d’offre. 

Les représentants de la société civile ont salué cette annulation en attendant de trouver une solution convenable à la crise des ordures et ont appelé les autorités libanaises à coopérer avec les collectivités locales pour traiter les ordures.

Pour rappel:

Un conseil des ministres marqué par le retrait des Ministres du CPL et du Hezbollah

Le conseil des ministres a été marqué par le retrait des ministres du CPL et du Hezbollah. A sa sortie de la salle, le ministre de l’éducation, Elias Bou Saab (CPL) a indiqué s’être opposé aux propositions du transfert des déchets vers la région du Akkar au Nord Liban formulées par le ministre de l’environnement Mohammed Mashnouk et cela en échange de projets visant à développer cette région.

Le ministre de l’agriculture Hussein Hajj Hassan (Hezbollah) a, de son côté estimé que les partis majoritaires « n’entendent pas nos demandes à un réel partenariat ».

Riad el Assaad aperçu parmi les casseurs

Dans un enregistrement diffusé par les chaines de télévisions libanaises, l’homme d’affaire Riad el Assaad considéré comme proche du président de la chambre Nabih Berry et du député druze Walid Joumblatt, a été aperçu en compagnie des casseurs qui se sont opposés aux forces de l’ordre ce lundi à l’issue d’une manifestation pacifique du collectif YouStink qui entendait dénoncer les violences policières des 2 derniers jours.

Pour rappel, l’entreprise de ce dernier, South for Construction Company, avait gagné l’appel d’offre pour les régions du Chouf, de Baabda-Aley pour la somme de 153 USD/tonne, à comparer à 143 USD/Tonne actuellement pour Sukleen.

Ouverture d’une enquête suite aux violences

Le juge militaire Dani al Zaani a débuté l’enquête ouverte suite aux violences ayant visé manifestants et forces de sécurité au centre ville de Beyrouth ces 3 derniers jours avec l’interrogatoire de plusieurs membres des forces de l’ordre et le témoignage de manifestants présents. Certaines sources médiatiques que l’enquête viserait notamment 7 personnes impliquées dans les incidents au cours desquels plus de 100 membres des forces de l’ordre et un nombre équivalent de civils auraient été blessés.

Le Mur de la Honte démantelé

Capture d’écran 2015-08-25 à 14.43.00

Le premier ministre libanais Tamam Salam a ordonné l’enlèvement du mur installé ce matin après les violentes manifestations qui ont eu lieu ce samedi, ce dimanche et ce lundi. Rapidement recouvert de graffiti par des artistes locaux, dénonçant l’attitude des autorités politiques, le mur érigé avec des blocs de ciments préfabriqués, était vu comme une nouvelle confirmation du fossé existant entre les autorités et la société civile. Certains comparaient d’ailleurs ce mur à ceux plus connus qui séparaient l’Allemagne de l’Est à l’Allemagne de l’Ouest ou encore au mur séparant Israël à la Cisjordanie. D’autres, comme Camille Najm (notre photo) saluent l’effort du gouvernement dans la promotion des artistes locaux.

Il aurait été installé à la demande des forces de l’ordres qui déploraient de nombreux blessés suite aux incidents et cela sans concertation avec les autorités politiques.

Comments are closed.