Moins d'une minute de lecture

Face à certaines sources qui accusent des importateurs et des pharmaciens d’avoir stocké d’importantes quantités de médicaments dans la perspective de la fin prochaine des subventions de la Banque du Liban, le ministre sortant de la santé s’est déclaré en faveur de l’adoption d’un mécanisme de surveillance du secteur. Il s’agira d’identifier l’agent et de lui demander tous les documents nécessaires de l’exercice de son monopole pour tel ou tel produit, voire de l’annuler le cas échéant.

Le ministre a également indiqué souhaiter mettre en place un mécanisme de distribution des médicaments, soulignant l’échec du système actuellement en place, critique à peine voilée des importateurs de médicaments et d’équipements médicaux qui ont décidé, la semaine dernière, de limiter les importations en raison de difficultés à obtenir les lignes de crédit nécessaires de la Banque du Liban.

Hier déjà, Hamad Hassan avait participé à une perquisition de pharmacie et de dépôts de médicaments dans la région de Zahlé soupçonnés d’être impliqués dans la contrebande de médicaments subventionnés par la Banque du Liban. Plusieurs d’entre eux ont ainsi été mis sous scellée.

Cette annonce intervient alors que les réserves monétaires disponibles qui servent à subventionner les produits de première nécessité devraient être épuisées d’ici 2 mois au rythme actuel. Une polémique avait quelque peu été très étouffée sur le fait que ces réserves monétaires servaient également à subventionner l’achat de produits médicaux jugés non prioritaires comme le botox.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.