Saad Hariri et Samir Khatib en septembre 2018. Crédit Photo: Dalati & Nohra
Saad Hariri et Samir Khatib en septembre 2018. Crédit Photo: Dalati & Nohra

Les consultations obligatoires des parlementaires pourraient débuter ce lundi, indiquent des sources proches de la Présidence de la République Libanaise, alors que le Liban reste sans gouvernement depuis la démission du Premier Ministre Saad Hariri, le 29 octobre dernier.

Pour l’heure, le favori semble être l’homme d’affaire Samir Khatib, ce que refusent cependant les contestataires qui sont depuis 49 jours dans les rues des différentes villes libanaises. Les manifestants exigent toujours la formation d’un gouvernement technocratique, ce que les partis libanais refusent.

Les informations font état pour l’heure d’un accord sur la mise en place d’un gouvernement techno-politique de 24 membres dont 6 membres liés aux CPL, mouvement Amal, Hezbollah et Courant du Futur, en dépit des propos du Premier Ministre sortant Saad Hariri qui entendait rassurer les protestataires, indiquant que son parti accordera son quota à des experts.

À l’annonce de ces rumeurs hier soir, de nombreuses routes ont été fermées à la circulation, notamment au niveau du Ring Fouad Chéhab où les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français